Travail et loisir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1598 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Conférence de méthode : Travail et Loisir

Réduire le temps de travail, comme cela se fait régulièrement depuis un siècle, c'est considérer que le loisir doit prendre une part et une valeur de plus en plus importantes face au travail.

Travail : Du latin populaire Trepalium, signifiant « instrument de torture » destiné à immobiliser les chevaux pour les ferrer. Au sens général, letravail renvoi à toute activité visant à la production d'une oeuvre utile. Au sens économique c’est l’ensemble des activités accomplies par l'homme pour produire des biens et des services en contrepartie desquels il est rémunéré. Le travail est souvent associe à la peine et à la souffrance.

Loisir : étymologie « licere » qui signifie « être permis ». Au sens général c’est le temps dont ondispose pour faire quelque chose. Ce terme s'utilise surtout au pluriel pour définir les distractions. Au sens économique c’est une activité non rémunérée qui correspond au temps passé hors du travail.

Dans les sociétés actuelles, le loisir prend une place de plus en plus importante pour l’individu. C’est l’image d’un repos, d’une liberté que le travail empêche d’avoir. On pense d’ailleurssouvent que le loisir est l’opposé du travail.

Problématique : Les notions de travail et loisir sont-elles forcément contradictoires ? / peut-on mêler travail et loisir ?

Le travail apparaît dans tous les esprits comme opposé au loisir mais il peut également être considéré comme nécessaire au loisir.

I- Le travail : une nécessité à laquelle on ne peut échapper

A. letravail : une obligation

Dans la Bible, Dieu punit le premier péché en chassant Adam du jardin d'Eden et en l'obligeant à cultiver désormais une terre stérile : « Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front ».
Pour Marx, le travail humain contribue à transformer l'homme tout autant que la nature. En effet, contrairement à l'animal, qui agit par pur instinct, l'homme détermine dans saconscience le but qu'il veut atteindre avant de le réaliser. « Ce qui distingue dès l'abord le plus mauvais architecte de l'abeille la plus experte, écrit Marx, c'est qu'il a construit la cellule dans sa tête avant de la construire dans la ruche. »
Le travail salarié constitue, selon Nietzsche, « la meilleure des polices » : « il tient chacun en bride et s'entend à entraver puissamment ledéveloppement de la raison, des désirs, du goût de l'indépendance ».

Le travail au sens large est associé à une contrainte (latin trepalium : instrument de torture). Il a un caractère obligatoire : il permet de répondre à des besoins essentiels : se nourrir, se vêtir.
Il permet de s’assurer un confort pour mieux vivre et d’aspirer à une indépendance financière.

Le caractèrecontraignant du travail est à nuancer selon les différents métiers qu’un homme exerce (directeur d’une banque/ ouvrier à l’usine).
Certaines activités peuvent être aliénantes (travail à la chaîne) : pénibilité du travail.
Le travail n’est pas toujours aliénant ; L'homme travaille, mais tous les hommes ne travaillent pas de la même façon, ni dans les mêmes conditions, et il est vraisemblable quel'employé au guichet d'une banque a de son travail une autre vision que le PDG de la banque. Tous deux, d'ailleurs, n'ont pas davantage les mêmes loisirs : le premier bénéficie d'un budget restreint, le second ne compte guère ses dépenses. Et, s'il est possible que ces deux personnes aient l'habitude de penser que leur temps de travail se distingue clairement de leur temps de loisir, ou même qu'il s'yoppose en tout, on peut aussi deviner que cette opposition n'a pas le même sens pour l'un que pour l'autre, ou qu'il y a dans le loisir du PDG quelques intrusions de son travail que l'employé au guichet ne connaît pas.

Mais dans tous les cas, l’homme travaille car il ne peut pas faire autrement pour vivre dans les sociétés actuelles.

B. Le travail comme créateur de lien social...
tracking img