Travail

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 31 (7623 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sujet d’écrit pour l’épreuve anticipée de français Séries ES-S
Objet d’étude : Le roman et ses personnages : visions de l’homme et du monde. Textes : Émile Zola, Germinal, 1885. François Mauriac, Thérèse Desqueyroux, 1927. André Malraux, La Voie royale, 1930. Albert Camus, La Peste, 1947. Écriture : I. Vous répondrez d’abord aux questions suivantes [4 points] : 1. Identifier l’aspect de lacondition humaine (aspect psychologique, aspect sociologique, etc.) qui est privilégié dans chacun de ces textes et préciser son contenu. 2. Identifier le procédé d’écriture (narration, monologue intérieur, etc.) qui est utilisé dans chacun de ces textes et mettezle en rapport avec l’aspect de la condition humaine qui est privilégié. II. Vous traiterez ensuite au choix l’un des sujets suivants [16points] : 1. Commentaire : Vous commenterez le texte d’Émile Zola (texte A). 2. Dissertation : Thomas Pavel, professeur à l’université de Chicago, écrit dans La pensée du roman1 que le roman est consacré à « l’homme individuel saisi dans sa difficulté d’habiter le monde. » Cette affirmation suffit-elle à rendre compte de la nature du roman ? Vous répondrez en vous appuyant sur les textes proposés,ceux que vous avez étudiés en classe et vos lectures personnelles. 3. Écrit d’invention : Vous venez de terminer la rédaction de votre premier roman et, après mûres réflexions, vous choisissez de le proposer pour publication à la petite maison d’édition Omnibusliber. Vous envoyez votre œuvre au directeur de publication de cette maison, et vous joignez une lettre d’accompagnement pour l’inciter àl’éditer. Rédigez cette lettre, où vous utiliserez des arguments qui relèvent de la persuasion et de la conviction.

Texte A : Émile Zola, Germinal.
Dans la famille Maheu, le père et trois de ses sept enfants, Zacharie, vingt et un ans, Catherine, quinze ans, et Jeanlin, onze ans, sont mineurs à la fosse du Voreux2. Catherine est la première à se lever, à quatre heures du matin. Devant le buffetouvert, Catherine réfléchissait. Il ne restait qu’un bout de pain, du fromage blanc en suffisance, mais à peine une lichette de beurre ; et il s’agissait de faire les tartines pour eux quatre. Enfin, elle se décida, coupa les tranches, en prit une qu’elle couvrit de fromage, en frotta une autre de beurre, puis les colla ensemble : c’était « le briquet », la double tartine emportée chaque matin à lafosse. Bientôt, les quatre briquets furent en rang sur la table, répartis avec une sévère justice, depuis le gros du père jusqu’au petit de Jeanlin. Catherine, qui paraissait toute à son ménage, devait pourtant rêvasser aux histoires que Zacharie racontait sur le maître-porion3 et la Pierronne, car elle entrebâilla la porte d’entrée et jeta un coup d’œil dehors. Le vent soufflait toujours, desclartés plus nombreuses couraient sur les façades basses du coron, d’où montait une vague trépidation de réveil. Déjà des portes se refermaient, des files noires d’ouvriers s’éloignaient dans la nuit. Était-elle bête, de se refroidir, puisque le chargeur4 à l’accrochage5 dormait bien sûr, en attendant d’aller prendre son service, à six heures ! Et elle restait, elle regardait la maison, de l’autre côtédes jardins. La porte s’ouvrit, sa curiosité s’alluma. Mais ce ne pouvait être que la petite des Pierron, Lydie, qui partait pour la fosse. Un bruit sifflant de vapeur la fit se tourner. Elle ferma, se hâta de courir : l’eau bouillait et se répandait, éteignant le feu. Il ne restait plus de café, elle dut se contenter de passer l’eau sur le marc de la veille ; puis, elle sucra dans la cafetière,avec de la cassonade6. Justement, son père et ses deux frères descendaient. — Fichtre ! déclara Zacharie, quand il eut mis le nez dans son bol, en voilà un qui ne nous cassera pas la tête ! Maheu haussa les épaules d’un air résigné. — Bah ! c’est chaud, c’est bon tout de même. Jeanlin avait ramassé les miettes des tartines et trempait une soupe7. Après avoir bu, Catherine acheva de vider la...
tracking img