Travail

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2601 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 30 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Samedi 27 Novembre

Camille
Collin
TS4

Dissertation de philosophie:
N'y a-t-il de liberté possible qu'au delà du domaine du travail?
____________________________________________________________

_______________________________________

____________________________________________________________

_______________________________________

Depuis le début de son existence,l'homme a toujours travaillé. Chaque époque de l'histoire est marquée par une forme différente de l'évolution du travail, visant au même dessein: répondre à ses besoins. En effet, le travail désigne l'activité dont le but primaire est de produire des biens utiles et répondant aux besoins vitaux de l'homme et de la société à laquelle il appartient. Cette notion implique forcément l'idée de nécessité.Il apparaît donc évident que le travail ne laisse pas de place à la liberté; ces deux notions ne peuvent coexister. En effet, contrairement à l'obligation, la nécessité ne donne pas la possibilité de se soustraire. L'homme est donc soumis au travail, poussé, contre son gré, par l'intention de répondre à ses besoins primaires. Il devient esclave de cette activité qui lui est essentielle poursurvivre et qu'il ne qualifie que de « gagne pain » ou de « raison alimentaire ». Se demander si la liberté et le travail sont associables, c'est se demander si ces deux notions peuvent coexister sans que l'une n'exclut l'autre. Or, la liberté est caractérisée par l'absence de contraintes, et le travail n'est-il pas lui-même une contrainte par son joug et sa servitude?
Cependant, n'est-il passimpliste de limiter le travail à une activité aliénante et asservissante? Ne peut-on pas penser que le travail nous permette au contraire d'accéder à des libertés supplémentaires qui nous sont proposées dans la société d'aujourd'hui? L'homme a fait du travail une activité qui lui est nécessaire pour obtenir une certaine liberté dans la communauté de nos jours. Malgré les idées que nous nous faisonsactuellement du travail et de son côté épuisant et non plaisant, ne peut on pas affirmer que la liberté commence là où la nécessité du travail cesse? N'est-ce pas plutôt en dehors du domaine du travail que l'aliénation s'exerce et que la liberté se perd?

Ce sentiment de soumission lorsqu'on pense au travail nous vient directement de l'influence de la Grèce antique. Les grecs n'ont jamais valorisé letravail, au sens manuel du terme. Ceux qui étaient qualifiés d' « hommes libres » étaient ceux qui ne travaillaient pas. En effet, pour ces hommes le travail était une activité qui ne constituait pas un idéal ou une caractéristique de l' homme libre, mais plutôt une activité servile destinée à un unique type de personnes: les esclaves. Pour les grecs, le travail ne définissait pas le but de lavie. Ils considéraient plutôt que l'achèvement de ce but était dans la contemplation et non dans l'action. Pour eux, la vie idéale c'était un esprit sage qui se consacre à la culture. Ils jugeaient alors qu'il leur fallait avoir des esclaves du fait de la nature soumise des occupations qui subvenaient aux besoins vitaux. Le travail n'était pas digne de l'homme libre. Ce dernier ne pouvait pasconsidérer comme humaine cette soumission à la nécessité qui ravalait l'homme au rang d'animal domestique.
Ce n'est cependant pas l'influence grecque qui a marqué le plus notre conception actuelle du travail. On retrouve cette idée de contrainte dans la tradition judéo-chrétienne. En effet, dans la Bible, le travail est qualifié comme un châtiment, comme la conséquence du péché d'Adam et Ève, chasséstout deux du Paradis en raison du péché originel. Adam se voit alors condamné « à gagner son pain à la sueur de son front ». L'humiliation de l'homme définit sa chute. Cette dégradation cause son expulsion du Paradis, maudit pour avoir goutté au fruit défendu, ainsi que sa punition qui est de travailler dans la souffrance. Un autre moment de la Bible caractérise cette idée de servitude; c'est...
tracking img