Travail

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1133 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le travail

La condamnation du travail

Le but du travail peut tout d’abord être vu comme la transformation de la nature dans un but utile à l’homme, càd en vue de la satisfaction de ses besoins.
Le travail était méprisé sous l’Antiquité. Son étymologie latine en dit long sur sa négativité: «tripalium» qui est un instrument de torture.
Aristote méprise le travail et voit dans l’esclave unêtre inférieur, déshumanisé par le travail. En effet, le travailleur a perdu sa liberté, il est assujetti au besoin, il se dégrade par le travail pour vivre. Le travail serait l’activité humaine la plus proche de l’animalité, de la nécessité biologique, en vertu de sa finalité qui est la satisfaction de nos besoins.
Hannah Arendt dans La Condition de l’homme moderne explique la pensée antiquevis-à-vis du travail: pour les Grecs, l’activité politique est primordiale, et les esclaves travaillent pour la permettre. Le travail est vu négativement, il renferme l’individu sur lui-même, sur ses besoins personnels. Or, pour le lien social, il faut du loisir qui est alors vu comme l’activité politique, et non du travail.
Le travail n’est-il pas une malédiction ? C’est en tout cas ce que l’onpourrait penser compte tenu du caractère pénible du travail. Il est une activité de transformation de la nature, et induit donc une lutte entre l’Homme et la nature: il faut défricher, extraire, labourer, construire et finalement se fatiguer, puisqu’elle n’offre pas spontanément les produits utiles à l’Homme.
«Tu gagneras ton pain à la sueur de ton front» (Genèse), fait écho au péché originel, oùl’Homme est alors condamné au travail en guise de punition (vision de l’Ancien Testament).

II) La réhabilitation du travail
Le travail devient une bénédiction avec la tradition chrétienne. Avec St Paul: le travail est un moyen de racheter ses fautes, expiation d’une peine. Le travail discipline, rend constant, renforce l’Homme dans sa volonté => il rend possible la vertu qui est une tendanceconstante au bien.
Le travail comme propre de l’Homme, et ce par quoi l’Homme produit son humanité ?
L’Homme se dégage de son animalité en travaillant, il sort de sa soumission aux besoins. Le travail est donc une activité spécifiquement humaine, càd qu’il nous permet d’accéder à notre identité d’Homme, de nous réaliser, dans la mesure où le travail correspond à un effort de transformation de la nature.Contrairement à l’animal qui ne fait que s’adapter à la nature, le rapport de l’Homme vis-à-vis de a nature est de l’ordre de l’affrontement.
Hegel: le travail est une activité, de «négation», «d’anéantissement de la nature», par le travail et le développement des techniques qu’il implique, l’Homme s’élève au-dessus de sa simple animalité, puisque l’effort qu’il fait sur la nature extérieurepour la maîtriser est un effort par lequel il est amené à transformer également sa propre nature.
Au terme de l’Histoire, la libération de l’Homme se fera lorsque chaque Homme se reconnaitra dans tout ce qui l’environne, lorsqu’il prendra conscience qu’il est infini. Le moyen d’y parvenir est bien sûre le travail, par lequel l’Homme transforme le monde à son image, il le spiritualise, il imprègne àla nature son esprit. Ce qui lui permettra de mieux s’identifier à la nature, en même temps, il permet un travail sur soi, intellectuel.
Le travail est donc libérateur.
Dans la Philosophie de l’Esprit, Hegel nous donne l’illustration de cette vertu libératrice du travail par l’exemple de la «dialectique du maître et de l’esclave» (expression d’Alexandre KOJEVE). L’esclave ne travaille pas pourlui, mais pour une volonté qui est celle de son maitre, il peut alors dépasser son égoïsme, c’est en ce sens qu’Hegel affirme: «la peur du maitre est le commencement de la sagesse». Le maitre devient de plus en plus dépendant de son esclave, qui se voit alors attribuer de nombreuses et diverses tâches. La position de l’esclave se renforce par rapport au maitre et par rapport à lui-même....
tracking img