Travailler plus pour gagner plus?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2719 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 22 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Travailler plus pour gagner plus ?

Introduction

Ce slogan a été prononcé par Nicolas Sarkozy au cours de sa campagne présidentielle en 2007, qui a été l'une de ses phrases chocs. Ce projet prévoit de rémunérer les heures supplémentaires via des déductions de cotisations sociales, et une augmentation des majorations d'heures supplémentaires.
Cette phrase induit cependant d'autresréflexions plus larges. En effet, si l'on peut l'aborder d'un point de vue économique, et s'interroger sur la réduction du temps de travail, on peut également s'interroger sur la place du travail dans la vie de l'individu.
Le sens du mot "gagner" peut aussi être sujet à s'interroger : travailler plus pour être plus rémunéré certes, mais le gain peut être aussi social, moral.
Cette phrase est une figurede rythme la parisose, soit une période composée de deux membres de même longueur (le modèle du genre, c’est «Boire ou conduire, il faut choisir»), soit quatre syllabes d’un côté et quatre de l’autre. Le rythme provoque un sentiment d’évidence, une image d’égalité parfaite, une sorte d'affirmation tautologique: 4=4. Rien à dire, aucune objection possible.
On peut cependant s'interroger sur laplace que le travail doit avoir, s'il est nécessairement synonyme de gain ou si le slogan de Nicolas Sarkozy peut être contesté.
On verra dans un premier temps que le travail est un facteur d'épanouissement de reconnaissance,
Puis on verra que le travail peut également être facteur d'aliénation et d'asservissement,
Et enfin on verra qu'il existe d'autres alternatives au "travailler plus pour gagnerplus".

I- Le travail comme facteur d'épanouissement

Le travail s'oppose au jeu, qui est une activité désintéressée il se caractérise par son caractère de contrainte (on travaille par devoir et par nécessité sociale), et d'ailleurs etymologiquement travail vient du latin tripalium, qui était un engin de torture. A première vu le travail semble être associé à une souffrance. Cependant, letravail est le moyen de gagner sa vie, et l'appât du gain, la volonté de s'enrichir serait une motivation suffisante pour accepter de travailler plus.
De plus, dans certains cas, le travail peut correspondre à la vocation d'un individu, à ses tendances les plus profondes (création artistique, philosophique ou scientifique): du point de vue psychologique. En ce cas, le travail n'est pas perçu commeune souffrance, mais davantage comme un plaisir, un enrichissement. Travailler pluspermettrait alors bel et bien de gagner plus, un gain pris dans son sens figuré : il ne s'agit pas d'un gain matériel ou financier, mais bien d'un épanouissement personnel.
Bien que la notion de travail évoque d'une manière privilégiée l'action physique sur le monde (agriculture,...) ou sur une machine (travailindustriel), l'effort intellectuel, la recherche théorique, l'enseignement, la direction d'une entreprise ou d'un Etat, représentent également un travail de compréhension, de synthèse, de direction.
Ces activités semblent donc de possibles vocations, qui ne serait alors pas une corvée, et ne serait pas une histoire de nombre d'heures.
Emmanuel Mounier a d'ailleurs affirmé que "Tout travailtravaille à faire un homme autant qu'une chose".
Cela montre bien que le travail est une manière de s'accomplir, un gain qui de par le fait, plus il est important, plus le gain l'est aussi.

Cette valeur du travail se retrouve chez les classiques : Pour Adam Smith "c'est du travail d'autrui qu'il lui faut attendre la plus grande partie de toutes ces jouissances; ainsi, il sera riche ou pauvre, selonla quantité de travail qu'il pourra commander ou qu'il sera en état d'acheter". Le travail est alors quantifiable, et sa quantité détermine sa richesse.
Il serait donc avantageux de travailler le plus possible.

Pourtant aujourd'hui le travail est devenu l’ennemi de la vie, l’antithèse de ce que vivre devrait être, de ce que s’épanouir pourrait être. D’un côté, il y a un impératif de...
tracking img