Trentes glorieuses

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1962 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
-------------------------------------------------
Exposé économie : les Trente Glorieuses
Plan : http://zacaria.z.free.fr/Documents/Histoire/les%20trentes%20glorieuses.htm
Introduction
I. Manifestations et effets de la prospérité
A. La mesure de la croissance
1. Le rythme de la croissance
2. La géographie de la croissance

B. Les dynamismes sectoriels
1. Lessecteurs moteurs
2. Le boom de l'industrie pétrolière
3. Les mutations des secteurs d'activité

C. L'avènement de la société de consommation
1. L'équipement des ménages
2. Une vie quotidienne transformée

II. Les facteurs de la croissance
A. L'offre
1. L'épanouissement de la seconde révolution industrielle
2. Le rôle des innovations
3. Latransformation de la main d'œuvre

B. La demande
1. L'augmentation du nombre de consommateurs
2. Le développement des échanges
3. L'augmentation du pouvoir d'achat

C. L'Etat
1. Les progrès du dirigisme
2. L'Etat-providence

III. Les déséquilibres et les limites de la prospérité
A. Une croissance inégalement partagée
1. Les inégalités à l'échelle de laplanète
Cette croissance inégalement partagée se mesure à deux échelles distinctes : à l'échelle de la planète et à l'échelle des pays, c'est à dire à l'intérieur même de chaque société.
A l'échelle mondiale, tous les pays du Monde n'ont pas contribué également à la croissance mondiale. En fait la croissance du PNB mondial résulte pour une grande part de celle de quelques pays développés,principalement les 6 pays les plus riches, les Etats-Unis, le Japon, l'Allemagne, la France, le Royaume-Uni et l'Italie. Ces 6 pays contribuent ensemble pour près des 2/3 du PNB mondial (doc.1 p.108 quelques statistiques qui incluent l'URSS parmi les 6 pays les plus riches). Une partie du Monde n'est pas concernée par la croissance des 30 glorieuses : c'est bien évidemment le monde socialiste qui sur lamême période semble déjà perdre du terrain sur son rival capitaliste. C'est aussi à cette époque que l'on commence à parler du Tiers-Monde. En effet, si tous les pays du Monde à économie de marché ont connu une croissance, il est utile de mesurer cette dernière en fonction de l'accroissement démographique. Or la natalité des pays du Tiers-Monde est extrêmement importante, et on constate qu'enréalité le PNB par habitant n'a que faiblement augmenté dans la plupart des pays africains, dans quelques pays d'Amérique latine et d'Asie. De plus, il semble bien que la prospérité des pays développés se fait aux dépens des pays du Tiers-Monde car ceux-ci sont maintenus dans une dépendance économique et pâtissent de termes de l'échange très défavorables. En effet le cours des matières premières et desproduits énergétiques, principalement fournis par des pays du Tiers-Monde est resté très bas pendant toute la période. Une situation dangereuse pour la stabilité de l'économie mondiale, surtout rétrospectivement avec le choc pétrolier.
2. Les inégalités régionales
A l'échelle des pays, on constate également des inégalités régionales, comme si certaines régions avaient été " oubliées par lacroissance ". C'est ainsi le cas de régions rurales victimes de la déprise (départ des ruraux et des activités agricoles) comme le Limousin en France, le Mezzorgiorno italien (le Sud). D'autres souffrent de l'essoufflement des industries anciennes, le Nord de la France ou encore les Black Countries britanniques dont l'économie repose essentiellement sur les activités textiles, sidérurgiques etminières.
Enfin, à l'intérieur des pays les plus riches, les 30 glorieuses n'ont pas fait disparaître la pauvreté. Il n'y a certes pas de chômage massif, mais il subsiste de la précarité et aussi de nombreux emplois mal payés qui suffisent à peine pour vivre dignement. Ce sont les laissés pour compte de la croissance et ce sont généralement des immigrés, des mères célibataires ou encore des...
tracking img