Tristan tzara

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1087 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Littérature

A lire : roman, théâtre et poésie
- CHANDERNAGOR
- FOLLETT
- JACQ
- MICHON
- MODIANO
- 1984, de George ORWELL
- De Paris à la lune, de Adam GOPNIK
- Effroyables jardins, de Michel QUINT
- En marge, de Jim HARRISON
- Exhibition, de Michka ASSAYAS
- Germinie Lacerteux, de Jules et Edmond de GONCOURT
- L'Africain, de Jean-Marie Gustave Le Clézio
- La condition humaine,d'André MALRAUX
- La femme qui attendait, d'Andreï MAKINE
- La vie devant soi, de Romain GARY (Emile AJAR)
- Le Grand Théâtre du monde, de Pedro CALDERON DE LA BARCA
- Les Alexandrins, de François SUREAU
- Les Aventures de Loufock Holmès, de CAMI
- Les Fleurs du Mal, de Charles Baudelaire
- Les Oeufs, de Charles GANCEL
- Les rois maudits, de Maurice DRUON
- Les roses d'Atacama, de LuisSEPULVEDA
- Lorsque j'étais une oeuvre d'art, Eric-Emmanuel SCHMITT
- Mammifères, de Pierre MEROT
- Mrs Dalloway, de Virginia WOOLF
- Taras Boulba, de GOGOL
- Thérèse Desqueyroux, de François MAURIAC
- Tsili, d'Aharon APPELFELD

A lire : essais, chroniques et documents
- SORAL

Bandes dessinées

Citations et extraits d'oeuvres littéraires

Découvrir un auteur
- CONRAD (Joseph,1857-1924)
- DUTEURTRE (Benoît, 1960)
- HEMINGWAY (Ernest, 1899-1961)
- HUYSMANS (Jorys-Karl, 1848-1907)
- KUNDERA (Milan, né en 1929)
- MIRBEAU (Octave, 1848-1917)
- ROTH (Philip, né en 1933)



Sites Internet à visiter :

- Littérature hispanique

- Calou, l'ivre de lecture


Les pages culturelles d'EnkiEa Abonnement

s'abonner se désabonnerVous êtes ici : Accueil > Les pages culturelles d'EnkiEa > Littérature > A lire : roman, théâtre et poésie


Thérèse Desqueyroux, de François MAURIAC

Version imprimable



Mais pourquoi a-t-elle essayé d'empoisonner son mari ? C'est la question que se pose Thérèse en sortant du bureau du juge d'instruction qui vient de prononcer un non-lieu de complaisance. Haïssait-elle doncson époux au point de vouloir le tuer ? Serait-ce à cause de ces forêts appartenant à son mari, ces pins des Landes qui « ne la laissent pas indifférente » ? Le troublant Azévédo, esprit libre aimé par sa belle-sœur Anne de la Trave, aurait-il bouleversé sa morne existence ? Thérèse n'a-t-elle pas simplement suivi une pente naturelle qui l'a conduite de plus en plus loin jusqu'à la tentatived'assassinat ?

Tout a commencé le jour sinistre du grand feux sur la Lande. L'air était saturé de fumée et de résine brûlée (les pins des Desqueyroux n'avaient heureusement pas été touchés !), Thérèse observe son mari, visiblement très troublé, qui se trompe dans la posologie de ses médicaments à base de cyanure… elle ne dit rien ; le soir même son époux subit un grave malaise ; elle tient à êtresûre de la cause de ce malaise et essaye à son tour (juste une fois pense-t-elle, pour être fixée simplement), elle donne une dose massive de médicaments à son époux qui subit à nouveau un grave malaise ; devant cette facilité du crime, elle commence à régulièrement empoisonner son mari, jusqu'à ce que l'apothicaire et le médecin de la famille se rendent compte de l'effroyable geste de Thérèse. Lafamille parvient à étouffer l'affaire.

Le sacrifice de Thérèse… Cette femme de bonne famille est subitement sortie des rails, elle a elle-même saboté sa calme existence de bourgeoise. Qu'est-ce que sa tentative d'assassinat contre son mari sinon un dernier sursaut, désespéré, pour échapper à la pesanteur de son milieu social ? Thérèse rêve d'autres horizons, elle ne supporte pas lesconformismes, elle se cabre pour échapper au carcan idéologique qui l'étouffe : elle veut parcourir la lande en liberté, elle veut visiter Paris et ses musées, elle veut devenir une femme libre et instruite dans un monde dominé par les hommes. Que lui demande-t-on ? De faire corps avec la "famille", d'abdiquer son libre-arbitre, son identité, pour devenir une épouse et une mère…

La famille a raison...
tracking img