Tristant et iseult

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1020 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Tristan et Iseult fait partie des plus belles histoires d’amour de la littérature courtoise. D’origine celtique et  dépourvue d’auteur, Tristan et Iseult fut mille et une fois reprise par différents auteurs , tous cherchant à faire revivre cette histoire tirée de la littérature courtoise.   Toutes les versions jusqu’à  aujourd’hui se terminent de la même façon: la mort tragique des amants. Cedernier chapitre expose la souffrance des personnages causée par leur passion: Tristan est affligé par l’attente de voir Iseult la blonde et cette dernière souffre, car Tristan est mort. Iseult aux blanches mains, quant à elle, souffre de l’infidélité de Tristan. 

D'ailleurs, des trois personnages, Tristan est celui qui semble souffrir le plus. Le fait qu’il patiente la venue d’Iseult l’afflige. Dans le dernier chapitre,  lorsque Iseult aux blanches mains dit à Tristan que la voile est noire, ce dernier dit: « Iseult, vous n’avez pas voulu venir auprès de moi! » . Cette citation illustre toute la souffrance que Tristan épouvre à cette nouvelle. Il pense que son amie l’a abandonné à son triste sort, ou encore qu’elle ne l’aime pas assez pour venir le voir. Le fragment « Je ne puislongtemps retenir ma vie» annonce que Tristan arrête de se battre pour demeurer en vi ; il décide de se laisser mourir. Le champ lexical suivant montre la souffrance physique et morale de Tristan et accentue toute l'affliction qui le mènera  à sa perte : « Plaie», «souffre» «martyre», «soulager», «espérant», «soulager son mal», «crainte  du malheur », « il déplore», «tourment » et « rien ne l’apaise».Aussi,  la répétition « souvent il ordonne qu'on le porte.... Souvent aussi il se ramène... Souvent à sa femme » illustre tout l'abattement que l'attente inspire à Tristan: il est impatient , souffre moralement et physiquement et rejette son épouse.  L'accumulation  « Rien ne peut le soulager... Aucun remède ne lui profite et, quoi qu'il fasse, rien ne l'apaise » met en évidence le fait que Tristana besoin d’ Iseult pour continuer à vivre, car elle le soignera. Toutefois,  elle représente aussi la raison de vivre de Tristan. De plus, Tristan n’est pas seulement affligé moralement, mais aussi physiquement : « Or que sa plaie retient étendue, souffre le martyre  ». Ce fragment tiré du livre atteste l’état dans lequel Tristan est: il est en train de mourir lentement, et dans le pire desconditions car il souffre atrocement. 

Ensuite, Tristan n'est pas le seul à souffrir par amour: Iseult la blonde aussi. Son agonie est provoquée par la mort de Tristan: « Puission-nous du moins mourir ensemble!» et « Dans cette étreinte suprême, elle succombe à la violence de sa douleur et expire dans un sanglot». Ces citations prouvent l’intensité du supplice ressentie par  Iseult .  Elle veutmourir avec Tristan. De plus,  le champ lexical suivant le montre bien: « m’ affliger», « couche funèbre», «silence», «déplorer», « plus en vie», « sans douceur», « sans joie», «sans plaisir», « doucement», «unit», «guérir», «mourir ensemble», «violence», «douleur» et «sanglot».   Ce champ lexical dépeint le désarroi que lui cause la mort de Tristan. L'accumulation « Tout désormais ne sera sansdouleur, sans joie , sans plaisir » montre l’état de souffrance dans lequelle Iseult se trouve. Elle est si affligée par Tristan que la vie lui semble tout à coup dépourvue d’intérêt.  De plus, la répétition « le corps de Tristan, visage contre visage, bouche contre bouche.» illustre la douleur d’Iseut de voir son amant mort, mais encore de n’être arrivée à temps pour le sauver. 

Quant à Iseult auxblanches mains, elle est affligée par l’infidélité de Tristan: il aime Iseult la blonde. Cette souffrance causée par Tristan la pousse à se venger de son époux. D’ailleurs, la citation « Elle n’a donc tant désiré Tristan que pour le voir se tourner vers une autre ! » expose le supplice qu’elle éprouve et qui l’aveugle. Elle songe à se venger. L’anaphore « souvent même elle le baisse...souvent elle...
tracking img