Troppmann

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3096 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 février 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Plan :

1- L’affaire Troppmann : chronique d’un octuple meurtre

1.1- Troppmann, le complice de Jean Kinck?

1.1.1- Un crime passionnel ?

1.1.2- Où se trouve Jean Kinck?

1.2- Les aveux du monstre de Pantin

1.2.1- Le meurtre de Jean Kinck

1.2.2- Le meurtre de Gustave Kinck

1.2.3- Le meurtre de Mme Kinck et de ses enfants

1.3- La version de la dernière chance1.3.1- exploiter la cupidité de Jean Kinck

1.3.2- Troppmann, une victime prise dans un engrenage infernal?

2- Une personnalité mystérieuse et controversée.

2.1- La monomanie de Troppmann : une cupidité sans limite?

1- L’affaire Troppmann : chronique d’un octuple meurtre

1.1- Troppmann, le complice de Jean Kinck?

1.1.1- Un crime passionnel ?
La première version estcelle du crime passionnel. Troppmann tente de se désinculper en jouant la carte du simple complice. Jean Kinck, le père de famille et son fils aîné Gustave Kinck seraient « les principaux acteurs du crime ». Le motif du crime selon Troppmann serait l’infidélité de la mère de famille. Et dans cette histoire, Troppmann n’aurait été que le complice.
Deux choses sont à retenir de cette première version :- L’indiscrétion des journaux : ces derniers écrivent que la police suspecte Gustave et Jean Kinck. Troppmann va utiliser cette piste pour bâtir sa défense.
- La deuxième chose, c’est la découverte du corps du fils aîné à 30 m des 6 autres corps, le lundi 26 septembre, 3 jours après les premiers aveux. Ce coup de théâtre corroboré par les témoignages exprimant l’exemplarité de la familleKinck, viens discréditer la thèse du crime passionnel.

1.1.2- Où se trouve Jean Kinck?
Troppmann va cependant rester sur ses positions, en maintenant que Jean Kinck est l’auteur du septuple meurtre. Néanmoins, Jean Kinck est introuvable. Tout au long du mois d’octobre, la police va chercher le corps de Jean Kinck dans les environs de Wattwiller au nord de Mulhouse, où il fût vu pour la dernièrefois.
Troppmann va encore modifier sa version des faits. Jean Kinck, cherchait des filons d’or et d’argent dans les Vosges dans le but de frapper de la fausse monnaie. Ces complices l’ont alors supprimé.
Par l’action et les interrogatoires subtils du Commissaire Antoine Claude (surnommé le patron), Troppmann passe finalement aux aveux. Il va d’abord placer deux « moutons », des espions dans sacellule afin d’obtenir des informations mais sans succès. La technique alors employée par Claude fût de faire miroiter sa possible remise de peine en cas d’aveux. Le 12 novembre, « accablé sous le poids des révélations faites » comme l’écrit le Petit Journal, Troppmann avoue, dans une lettre, avoir empoisonné Jean Kinck et révèle le lieu où repose le corps, dans la forêt vosgienne d’Uffholtz prèsde Cernay, la ville natale de Troppmann. Le corps est découvert le 25 novembre.

1.2- Les aveux du monstre de Pantin

Revenons maintenant sur la chronologie des faits relater dans la lettre de Troppmann. Cette version est celle qui sera retenue par le tribunal et qui mènera le monstre de Pantin à l’échafaud.

1.2.1- Le meurtre de Jean Kinck
Il faut remonter au 25 août 1869 dans lamatinée. Troppmann rencontre alors Jean Kinck à la gare de Bollwiller. Tous deux prennent alors le chemin de Soultz 3 km au nord. Jean Kinck dépose ses bagages à l’hôtel. Pour l’instant la déclaration de Troppmann est juste, car corroborée par une lettre de sa main datée du 21 août 1869, invitant Jean Kinck à le rejoindre en Alsace. Cette lettre confirme donc les révélations de Troppmann. (annexe 1)Après avoir déjeuné, et acheté une bouteille de vin à Wattwiller, les deux hommes se dirigent vers la forêt d’Uffholtz. Sur la route Troppmann débouche la bouteille et ils boivent un premier verre et reprennent la route des ruines. La bouteille désormais ouverte, Troppmann y verse un poison confectionné par ses soins, pendant que Kinck a le dos tourné. Dans sa déclaration Troppmann explique...
tracking img