Troubles alimentaires

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1771 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Chap 4 : Troubles des conduites alimentaires à l'adolescence.

Pathologie anorexique

Définition

L'anorexie mentale est une conduite de restriction alimentaire. Trouble psychopathologique à incidences somatiques et non une maladie somatique.

De connaissance ancienne : Morton R. 17ème

Classification psychiatrique au 19ème : en France (anorexie hystérique) et enAngleterre (anorexia nervosa)

Dans les 60-70 : effort de précision des critères diagnostiques, différenciation de deux formes cliniques : l'anorexie restrictive (30%) et l'anorexie purgative (:phases boulimiques avec vomissements et laxatifs).

Feighner, description de la triade symptomatique (amaigrissement, anorexie, aménorrhée) et propose 6 critères diagnostiques.

Signes négatifsimportants : absence de troubles mentaux majeurs (psychose, délire) et absence de maladie médicale qui expliquerait l'anorexie et la perte de poids.

Epidémiologie

Adolescents entre 12 et 20/25ans

Prévalence = 1 à 2% de la population générale des adolescentes, soit près de 40 000 anorexiques dans cette même population en France; 10% des cas affecteraient les hommes

Sex ratio = 1homme pour 9 femmes

Pathologie grave avec mortalité importante = 5 à 9% de décès.
La mort ne survient pas toujours dans un contexte suicidaire mais plutôt due aux conséquences de la maladie.

Triade symptomatique.

L'anorexie :

Conduite active de restriction alimentaire avec une lutte contre la faim.
symptôme initial et dominant

peut être totalement déniée par lapatiente ou bien rationalisée «je ne mange pas car j'ai pas faim»

la persistance de la sensation de faim n'est souvent reconnue qu'ultérieurement
L'amaigrissement.

Conséquence directe de la conduite de restriction alimentaire.

importante et rapide dépasse 25% du poids normal pour l'âge, parfois plus

spectaculaire souvent complété par un appoint médicamenteux tels quelaxatifs ou diurétiques

calculé par rapport au BMI (Body Mass Index) ou IMC


Aménorrhée.

Coïncide ou suit le plus souvent la restriction alimentaire.

précède parfois l'anorexie (donc n'est pas seulement liée à la perte de poids)

elle est primaire ou plus souvent secondaire (suivant l'installation avant ou après la puberté)

il faut une interruption des règles de3mois (si règles régulières) ou de 6mois (si irrégulières)

Symptomatologie.

Attitude de la patiente par rapport à son amaigrissement est caractérisée : banalisation ou dissimulation de cette perte.

Symptômes du conflit mental coexistant avec la triade symptomatique et reflétant le conflit psychique de l'anorexique.

1. conduite active de restriction alimentaire rarementreconnu d'emblée

début = régime/rationnalisations
un intérêt excessif pour la nourriture
restrictions quantitatives et qualitatives
Souvent vomissements provoqués, abus de laxatifs ou de diurétiques.

Trouble de l'image du corps : dysmorphophobie (crainte, peur permanente de grossir)
Désir éperdue de minceur en lien avec un trouble de la perception de l'image du corps.pesées permanentes, régimes hypocaloriques et mensurations continuelles des «rondeurs»

Attitude de déni à l'égard des troubles : anosognosie.
Méconnaissance et indifférence macabre à sa maigreur.

aucune inquiétude, sentiment de bien-être au début.
anosognosie responsable de consultations tardives, retard diagnostique et thérapeutique.

Hyperactivité et sur investissementde la motricité.

Contraste avec l'amaigrissement et troubles somatiques de associés
Pratique d'un sport = perdre du poids et mettre à l'épreuve ses capacités de contrôle
méconnaissance de la sensation de fatigue (parfois mort par épuisement)
Troubles du sommeil, (difficultés d'endormissement, réveil matinal)

Affectivité.

Refoulement de la sexualité :
vie sexuelle...
tracking img