Truc

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1950 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sommes-nous libres ?

L’introduction doit comporter le problème contenu dans le sujet.
Ceci n’est pas un problème :
Nous allons nous demander si nous pouvons ou non décider seul et agir à notre guise ?
Ceci est un problème :
Nous pensons décider seul et nous pensons agir à notre guise la plupart du temps. Or, outre les moments où nous ne pouvons pas suivre nos choix pour des raisonsextérieures, nous connaissons aussi des moments où nos décisions sont faites sous influence et pas tout à fait les nôtres. Alors, sommes-nous libres un peu, beaucoup, toujours ou jamais ?

Eléments d’accroche : « Liberté est un mot qui chante plus qu’il ne parle ». Paul Valéry. Elle est « chérie » dans la Marseillaise. On revendique la liberté, on se bat pour elle comme les Révolutionnaires, comme JeanMoulin, comme Mandela . C’est une revendication humaine majeure. Comment peut-on alors douter de son sens ou de sa réalité possible ?
Ou : Liberté, le mot vient de LIBER en latin décrivant l’état de ceux qui n’étaient pas des esclaves. Nous ne sommes plus des esclaves. Que demander de plus ?

Plan possible :
Plusieurs sens du mot liberté vont se présenter, il faudra les préciser et les juger.Exemple : Non esclave, non prisonnier
Agir sans obstacle
Décider soi-même (libre-arbitre)
Faire tout ce que je désire
Faire tout ce que je veux
Réaliser tous les désirs
Idée générale et sans concession : pas d’obstacle à ce que pense et réalise le sujet (je).
Toujours avoir en tête : aspect intérieur :libre-arbitre et aspect extérieur : possibilité de réaliser, d’agir.

Examen de l’état de notre liberté :

I : Les possibilités d’être libre :

----En soi : conscience du monde et de soi, libre-arbitre.Descartes.
Liberté de choisir et de diriger ses mouvements.

----Hors de soi : pour nous, une société dite « libre » qui permet beaucoup et même la participation à la politique.Pour nous, une société dite « riche » qui offre beaucoup de possibilités et de marchandises.
Pour nous, c’est mieux encore avec de l’argent.
Donc on peut dire avec la Déclaration … que les hommes naissent libres car ils sont doués de conscience et de raison et que ce don naturel va naturellement se muer en libre-arbitre quand l’enfant prendra conscience delui-même.
Le libre-arbitre est le fond de notre nature, c’est lui qui nous donne l’idée et le sentiment de la liberté. C’est lui aussi qui nous fait mesurer l’étendue de notre liberté extérieure. La liberté de réaliser est en effet, proportionnelle aux moyens mis à disposition : nulle ou presque en prison, elle augmente avec la puissance du corps et de l’argent.

Ceci n’est pas une transition :
Maison peut se demander si nous sommes vraiment libres.
Ceci est une transition :
Si la liberté d’action n’est pas entière. A quoi sert le libre-arbitre ? Pouvons –nous dire que, libres en droit, nous ne sommes pas libres en faits ? (distinction de Leibniz).

De nombreux obstacles :
---Hors de soi :
Lois sociales (codes) / lois morales (éducateurs, religions, tabous et valeurs)/ « normalité »Des modèles de pensée et de comportements au nom d’autrui. Hétéronomie (être sous la loi d’autrui).
Marx : l’enfant en naissant est pris dans un tissu économique et social qui va structurer sa vie.

Lois naturelles : il se peut, et c’est le paradigme le plus ancien de la science physique, que tout soit dans le monde dans un rapport de causalité. Rien ne se produit au hasard dans les phénomènesde la nature. C’est le DETERMINISME. Pourquoi l’homme échapperait-il à cette règle universelle ? C’est une antinomie, dit Kant, une opposition théorique. Le corps de l’homme et ses mouvements sont pris dans une chaîne de causes et d’effets, mais il est trop ignorant pour le voir clairement.
L’homme n’a même pas décidé de son corps ni d’être né et sa vie développe les effets de ces causes...
tracking img