(tyuj

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1103 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 avril 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
ETHIQUE
INTRODUCTION


Qu’est ce que ?

La morale ?
– Définition du bien et du mal
– du permis et de l’interdit
– Aspect normatif
L’éthique ?
– Réponse théorique et pratique en fonction de l’époque
– Aspect procédural
– Étude de cas
La bioéthique ?
– Questions liées à greffes, assistance médicale à la procréation, recherche sur embryon humain, clonage
La déontologie médicale ?– ensemble des règles et des devoirs de la profession médicale: Code édicté par le CNOM


Un changement complet :

Pendant des siècles:
– médecine et chirurgie peu efficaces
– sociétés religieuses
Révolution médicale récente:
– essor de la chirurgie
– antibiotiques
– traitements du cancer
Laïcisation du rapport à la maladie
Émergence des questionnements éthiques


I. Principes «classiques » de l’éthique médicale


Bienfaisance:
– faire le bien de son patient
Non-malfaisance:
– ne pas faire le mal même au prétexte d’un bien supérieur (social ou même pour le malade)
Respect de l’autonomie des personnes:
– liberté de la décision individuelle
– s’oppose au classique « paternalisme médical »
Justice:
– juste répartition des bénéfices et des chargesBeauchamp et Childress « Principles of biomedical ethics »

II. Historique de l’éthique médicale


Serment d ’Hippocrate (5ème siècle av JC) : ne pas nuire « primum non nocere »

Version initiale (antiquité grecque) :
– ne pas nuire
– ne pas corrompre
– ne pas favoriserl’avortement

Version moderne (1996) :
– respect des personnes de leur autonomie, de leur volonté
– protection des personnes vulnérables
– pas d’acte contraire aux droits de l’homme
– respect de l’intimité et du secret


Procès de Nuremberg :

Révélation des atrocités pseudo-médicales nazies
Rédaction d’un Code en 10 points sur la recherche:
– consentement volontaire
– validité scientifique– protection des sujets


Déclaration d’Helsinki de l’AMM (Association Médicale Mondiale) :

32 articles répartis en 3 sections
« Dans la recherche médicale sur les sujets humains, les intérêts de la science et de la société ne doivent jamais prévaloir sur le bien-être du sujet »
Validité scientifique
Evaluation bénéfice/risque
Nécessité Comité Ethique
Consentement éclairé


Conseil del ’Europe : Convention sur les droits de l’homme et la biomédecine (Oviedo 1997)

Primauté de l’être humain:
– l’intérêt et le bien de l’être humain doivent prévaloir sur le seul intérêt de la société et de la science.
Accès équitable aux soins de santé
Consentement libre et éclairé aux soins
Protection des personnes se prêtant à une recherche:
– évaluation risque/bénéfice
– comitééthique
– consentement libre et éclairé


Est-ce que cela a suffit ?

Tuskegee Syphilis Study (USA; 1932-1972):
– Conduite par le US Public Health Service
– Etude de la syphilis non traitée chez les noirs
Expériences à la prison de Holmesburg (USA) 1950-1976:
– essai de cosmétiques, brûlures et irradiations cutanées, exposition à la dioxine, essai du LSD
Inoculation hépatite à des enfantshandicapés mentaux (USA, années 60)
Stérilisation forcée d ’handicapées mentales en Europe (années 70-80)
Scandale du sang contaminé en France (années 80)
Complicité de médecins US dans les mauvais traitements aux prisonniers en Irak, Afghanistan et à Guantanamo


III. En France: de la loi sur l’IVG à la loi sur la fin de vie


• Respect accru de l’autonomie des personnes
• Protectionrenforcée et reconnaissance des droits des malades
• Organisation de la recherche et protection des personnes qui s ’y prêtent
• Prise en compte des problèmes éthiques liés aux progrès de la biologie
• Prise en compte des problèmes liés à la fin de vie


Loi sur l’IVG (1975) :

– dépénalisation (punie de prison auparavant)
– puis légalisation

Loi relative aux droits des...
tracking img