Ultima verba les chatiments hugo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1565 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Explication de "Ultima verba"

Introduction : Ces "Ultima verba" concluent le dernier des livres des Châtiments et constituent aussi l'affirmation de la détermination d'Hugo à un moment où les proscrits obtiennent la grâce impériale à condition de faire acte de soumission. Si les vers précédents cet extrait énumèrent tous les crimes qui justifient le choix de l'exil puis tous les arguments quipourraient conduire à changer d'attitude, nous verrons qu'ici Hugo présente clairement sa position à l'égard de l'Etat tout en cultivant son image dans l'esprit de son lecteur.

I.Position à l'égard de l'Etat

A. Une résistance énergique
Hugo réaffirme ici avec vigueur sa position de résistant.ll ne néglige donc aucun effet d'insistance.
a) Les répétitions lui permettent desouligner la fermeté de sa décision. C'est surtout le cas lorsque, à l'intérieur d'un seul vers, le même terme apparaît deux fois. Le vers 20 met en valeur le verbe "rester", caractéristique de la fermeté de l'auteur. Au vers 27, la fin du premier hémistiche et la fin du vers renvoient l'une à l'autre: "S'il en demeure dix, je serai le dixième".
Mais reprises et répétitions s'inscrivent parfois surplusieurs vers, ce qui crée des échos à l'intérieur du poème. Les vers 3 et 4 sont bâtis sur le même type de balancement et d'antithèse: "J'attacherai la gloire à tout ce qu'on insulte; Je jetterai l'opprobre à tout ce qu'on bénit!"
La formule "je ne reverrai pas" est reprise au v17. L'apostrophe "0 France! France aimée" du v14 annonce le "France!" du vers 18.

b) Rythmes et constructions:L'auteur veut non seulement affirmer, mais marteler son avis.
Il apprécie les rythmes bien timbrés et les constructions doubles. Souvent, dans un vers, deux termes viennent s'équilibrer: "qu'on cède ou qu'on persiste" (v. 13), "n'eût-il ni fin ni terme" (v. 21), "sans chercher à savoir et sans considérer" (22). Parfois, ce sont trois termes qui prennent le relais les uns des autres "sois ma forceet ma joie et mon pilier d'airain! " ( v. 12). Quant à la dernière strophe, elle offre une célèbre progression en quatre temps: "Si l'on n'est plus que mille, Si même ils ne sont plus que cent, [ ... ]. S'il en demeure dix, Et s'il n'en reste qu'un ... ". Ces rythmes donnent de l'ampleur à la phrase, de la puissance à l'affirmation.

c) Les allitérations: Le vers 5 multiplie les s : " Jeserai, sous le sac de cendre qui me couvre." Le vers 7 s'appuie sur les "t", qui expriment la colère et le mépris: " Tandis que tes valets te montreront ton Louvre." Songeons encore aux "d" du v 24 qui évoquent la force de caractère et la stabilité C''' devraient demeurer")

Mini-transition: Si les effets stylistiques sont nombreux à traduire la resistance de l'auteur, l'image de l'exil est elleaussi largement exploitée.

B. La valorisation de l'exil
a) L'élégie de l'exil
Hugo reprend ici le topos de la plainte de l'exilé. Renonçant à ses élans fougueux, il recourt à des formules plus sobres ( "ta terre douce et triste" v 15 ... ) qui appellent en écho les lamentations du Du Bellay des Regrets. Là aussi, le choix des monosyllabes place l'évocation de la patrie sous le signe de lasimplicité.
La terre natale par les apostrophes et l'usage de la 2ème personne se fait femme. C'est alors que l'homme politique cède la place à l'homme qui "pleure" son amour, ses racines. L'émotion est traduite par la coupe et l'hiatus qui la suit ( "aimée eL."), de l'apostrophe du v14. La répétition de l'expression "Je ne reverrai pas" et les 4 COD insistent avant tout sur le motif de laprivation. Privation qui se transforme en v,véritable souffrance avec tout d'abord le vers 16 qui unit en un chiasme la tristesse de la mort des aïeux et la douceur des enfants suggérée par l'image du nid, deux images pathétiques et le vers 17 qui rappelle avec "ta rive qui nous tente", qu'Hugo apercevait la côte française depuis Jersey, tentation qui prend des allures de supplice par l'emploi du...
tracking img