Ulysse : humain

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3554 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
ULYSSE, FIGURE DU HEROS

Ulysse, le héros par excellence véhiculé par la représentation collective
Choix formel de l’écriture
Notoriété
La maîtrise des situations par la ruse et l’éloquence

Ulysse, un héros qui laisse entrevoir quelques fissures
Caractéristiques physiques et morales
Une certaine faiblesse
Son aspect manipulateur

Ulysse, un héros humain
L’homme dans sa réalitéconcrète
Un système de valeurs profondément humain
Une sensibilité extrême

A l’origine, le terme «héros» désignait un demi-dieu, c’est-à-dire un homme avec une ascendance divine ou un homme divinisé. Avec Homère il semble que le mot prend son sens moderne «d’homme que ses qualités d’homme rendent exceptionnel». Car même si, dans l’Odyssée, Ulysse est protégé par une déesse, il est bien un simplemortel, et bien que certains soutiennent qu’il descendrait d’Hermès, cette hypothèse n’est pas vérifiée. Ulysse correspond-il à l’image du héros mythique ? Dans quelle mesure ce statut est-il limité, et finalement, qu’est-ce qui fait d’Ulysse un héros humain, particulièrement dans les chants V à XIII ?

Tout d’abord, Ulysse est un héros qui est le fruit d’une représentation voulue parHomère, car il apparaît comme un héros à travers l’écriture. Cette œuvre a un titre éponyme : le mot «Odyssée» est dérivée d’Odusseus, «Ulysse» en grec. Homère annonce de ce fait que le récit sera centré sur le héros, et il affirme ainsi son importance.
De plus, de nombreuses épithètes viennent souligner le côté héroïque d’Ulysse : «l’industrieux » (chant V p.89 v.203), « l’ingénieux »(chant V p.90 v.213), « le divin » (chant V p.89 v.198), « le vaillant » (chant V. p.90 v.233), « le subtil sage » (chant VII p.116 v.168), « très illustre » (chant VIII p.138 v.502), « noble guerrier » (chant VIII p.140 v.585), « égal aux Dieux » (chant XIII p.215 v.127).
D’autre part, le héros est véritablement idéalisé. On le voit d’abord à travers les yeux des Phéaciens. En effet,dans le chant VIII, Laodamas, fils d’Alcinoos livre une description physique d’Ulysse : « Il n’est pas mal bâti,/ces cuisses, ces mollets, ces deux bras au-dessus,/ce cou puissant, ce torse large : il a toute la force/de la jeunesse » (page 128, v. 134-137). Ainsi Homère offre-t-il une vision qui a tout de la statuaire grecque , qui s’impose aux Phéaciens ainsi qu’au lecteur. Athéna participeégalement à l’amélioration esthétique du héros lors de sa rencontre avec Nausicaa. Elle « le fait paraître/plus grand, plus vigoureux » (chant VI p.106 v.229-230). Nausicaa reconnaît en lui l’étoffe du héros qu’elle souhaiterait épouser : « Ah ! Si un tel héros pouvait être dit mon époux » (chant VI p.106 v.244).
L’idéalisation du corps d’Ulysse passe également par l’évocation de sapuissance physique. En effet, lors de sa première rencontre avec Nausicaa dans le chant VI, celle-ci le voit apparaître dans toute sa puissance : «  Comme le lion des montagnes, assuré de sa force,/qui marche dans la pluie et dans le vent, ses yeux/flamboient, il fond sur les moutons et sur les vaches,/il poursuit les biches sauvages » (P.103, v.130-133). Il dégage donc une aura impressionnante depuissance. Sa force se voit notamment dans les jeux et compétitions, comme chez les Phéaciens : « Il bondit, prit un disque/plus grand, plus gros et de loin plus pesant/que celui dont les Phéaciens s’étaient servi./L’ayant fait tournoyer, il le jeta de sa main forte/le bloc siffla; les Phéaciens (...) s’inclinèrent jusque par terre/au passage du disque; il dépassa toutes les marques » (chant VIIIp.129 v.186-192). Ainsi, ses prouesses physiques font de lui un homme à la force quasi surhumaine.
De plus, Ulysse a une capacité respiratoire extraordinaire pour un homme. En effet, chaque fois qu’il est victime d’une tempête en mer, il semble pouvoir rester longtemps en apnée: « Ulysse fut sous l’eau longtemps sans plus pouvoir/remonter, sous l’assaut de la puissante lame:/les...
tracking img