Un artiste doit il s'enguager dans les evenements qui marque son temps?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1594 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

[pic]

[pic]

Rimbaud tient un jour le discours suivant : L’artiste, un être ultra sensible par définition doit, à mon sens, s’emparer du feu de Prométhée pour éclairer la Cité, lire éveiller les consciences de sa tribune, […]
Il incite donc l’artiste à prendre la parole, utiliser son art et son unicité pour engendrer des prises de conscience. Considérant que la parole, c’est lepouvoir tout discours serait un pouvoir que l’on détient sur la pensée d’autrui.
De la sorte l’artiste inaugure un nouveau regard sur le monde, ainsi par extrapolation vouloir bouleverser les idées instituées c’est prendre position, et défendre celle-ci.
Cependant, Un artiste est-il obligé de s'engager et de s’impliquer dans la société qui l'entoure à travers ses oeuvres ?
Les artistes ne peuventvéritablement ignorer les événements qui régissent leurs société, cependant tous ne se sentent pas concernés au même degré.

Certains artistes considèrent l'engagement comme un devoir que l'artiste a, vis à vis de la société, la seule raison valable d’écrire. L'artiste se doit donc de prendre la défense des faibles, de dénoncer les travers de la société dans laquelle il vit, jusqu'à mêmese considérer comme le porte parole de celle-ci.

Outre, son conte philosophique, Voltaire publia, l'ouvrage Traité sur la tolérance lors de l’affaire Jean Calas, injustement condamné à mort. Voltaire réussit donc à faire réviser le procès et à obtenir un arrêt qui déclarait Calas innocent et réhabiliter sa mémoire. Ici Voltaire s’engagea afin de faire réfléchir la société sur les erreursqu’elle peut commettre et rendre hommage a un innocent.
Hugo quand à lui, dans son poème Melancholia, se sert de la poésie, pour émouvoir et indigner ses lecteurs sur l’injustice social de l’époque. Hugo montre les conditions déplorables des enfants dans le monde de l’usine en insistant sur le rôle qu’ils jouent pour transmettre la joie de vivre au monde. Pareillement, l'Assommoir est, selon sonauteur Émile Zola, « le premier roman sur le peuple, qui ne mente pas et qui ait l'odeur du peuple ». A sa parution, l'ouvrage suscite de vives polémiques car il est jugé trop cru. L'écrivain y restitue en effet la langue et les mœurs des ouvriers, e fait une description très réaliste des ravages causés par la misère et l'alcoolisme. Zola mène a l’égard de la condition ouvrière une dénonciationvirulente en se servant du réalisme.
Soit comme inspiration soit comme problème à résoudre, les imperfections d'une société ont souvent une influence décisive sur la production artistique.
Ainsi, dans Situations II, Jean Paul Sartre dit: « L'écrivain n'est ni Vestale ni Ariel, il est « dans le coup » ». Voltaire, dans Candide, dénonce tous les travers de la société dans laquelle il vie etcritique notamment la théorie optimiste de l’époque. Ainsi il dénonce l'esclavage lors du chapitre du nègre de Surinam, et nous conte, dans le récit de la veille comment la cupidité des hommes débouche sur l’irrespect pour la dignité humaine. Le conte philosophique, pour Voltaire, n’est qu’une arme pour dénoncer implicitement les travers de sa société.
Enfin, l'artiste engagé se révolte contre sonépoque, et contre les valeurs qu'elle prône. Dans Le dernier jour d'un condamné, et surtout Claude Gueux, Victor Hugo, s'engage personnellement, contre la peine de mort, allant jusqu'à introduire son « Je » dans le récit, s'adressant aux hauts représentants et disant : « Messieurs des centres, Messieurs des extrémités, le gros du peuple souffre! ». L'écrivain s'implique dans l'actualité politiqueet sociale de son temps, Il dénonce la société et se révolte contre celle ci. D'après lui, la société et son système sont les seuls responsables de l’existence même de ce genre de « criminel ? Victor Hugo s'insurge et réclame que la peine de mort soit abolie. De même, Voyage au Congo, l’œuvre d’André Gide, est une critique sur le sujet encor tabou qu’est le colonialisme, et plus précisément...
tracking img