Un auteur a dit " rien ne vieilit plus vite que la comédie" comment se fait il alors que certaines comédies restent actuelle malgré les siecles

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (899 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
On appelle « comédie » une pièce de théâtre en un ou plusieurs actes dont le but est de faire rire, d’amuser un public ou un lecteur (Musset écrivait pour que la pièce soit lu et non joué).Depuis l’Antiquité, des pièces des comédies ont été écrites et jouées pour faire rire. Différentes formes de comique sont utilisées: comique de geste, comique de mots ou encore de situation. Mais c’estsurtout l’étude des mœurs d’une époque, leur satyre et l’intrigue autour du thème choisi par l’auteur comique qui provoque l’amusement et les rires. Mais pourquoi, un critique a-t-il dit : « Pasd’œuvres littéraires qui ne vieillissent aussi vite que les comédies. » D’où provient ce déclin rapide auquel il fait référence alors que certaines comédies gardent une étonnante jeunesse ? Pour répondre àcette question, nous étudierons d’abord les possibles causes de ce vieillissement, puis cette étrange jeunesse de certaines pièces, que nous lisons ou allons voir au théâtre avec toujours autant deplaisir.

Une comédie est drôle, car elle montre ce qui est risible dans un personnage, en exagérant un trait de caractère ou un défaut, par exemple l’avarisme, l’égoïsme, la séduction.
Mais les défautsrisibles, humains ou de la vie, ne sont pas les mêmes en fonctions des époques : pendant l’Antiquité, le public romain appréciait les satires sur un âge ou un milieu ; au Moyen-âge, les farcesavaient pour thèmes les péchés ou le corps malade. Par ailleurs, en fonction de son milieu social, le public ne rit pas des mêmes plaisanteries : les comédies de rue pour le peuple parlaient de la mort,mise en dérision car elle les frappait beaucoup ; elles faisaient également rire par des jeux de scène dignes de notre Guignol lyonnais : coups de battons, gifles qui se trompent de personnes,pirouettes. Les nobles et les classes aisés ne se moquent pas de la même chose : Molière a créé le Bourgeois Gentilhomme à la demande du roi de France. Les comédies du 17ème sicle dépeignent la vérité...
tracking img