Un entretien avec marcien towa

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3059 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 23 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Un entretien avec Marcien Towa, professeur et philosophe
proposé par David Ndachi Tagne

Editions du Crac
(Cet échange a eu lieu à Yaoundé en 1998)
Où en est la philosophie africaine dans l'environnement d'aujourd'hui? Le philosophe peut-il réussir le pont de la pensée à la "praxis", autrement dit à l'action, notamment politique? Deux questions qui viennent à l'esprit lorsqu'on va à larecontre du Pr Marcien Towa, philosophe, ancien recteur d'Université et maire d'une commune de village.
Marcien Towa a marqué l'université camerounaise et la pensée africaine dans les années 70 et 80. Perçu comme un iconoclaste à cause de ses prises de position, il avait pour cible privilégiée le président poète Léopold Sédar Senghor à qui il consacra un essai au titre interrogateur: "Négritude ouservitude?". Son "Essai sur la problématique philosophique dans l'Afrique actuelle" (Editions CLE, 1971) reste un ouvrage de référence pour les élèves et les étudiants, comme pour les africanistes, en Afrique et dans le monde.
________________________________________
Il y a déjà quelque temps qu'on n'a plus parlé de vous. Vous qui êtes connu comme philosophe et qui avez pendant de nombreusesannées enseigné à l'université, où êtes-vous? Que faites-vous?
Je suis le maire de la commune d'Elig-Mfomo dans la Lekié. Je continue à intervenir à l'université de Yaoundé I où je dirige des mémoires et des thèses.
Vous avez été pendant longtemps le porte-flambeau de la philosophie au Cameroun. Vous avez été présent dans le débat autour de la Négritude. Vous avez même écrit un livre au sujet deLéopold Sédar Senghor, intitulé "Négritude ou Servitude?". Quel regard portez-vous aujourd'hui sur Senghor et sur la négritude?
Je pense que la négritude a évolué en reculant un peu dans les préoccupations des gens. C'était une époque où les Africains voulaient affirmer leur personnalité culturelle. C'était pour eux une préoccupation profonde qui allait de pair avec la volonté de s'affirmer sur lesplans politique et économique. Les Africains voulaient marquer leur différence. C'était un problème profond. La négritude a évolué. Elle a fait l'objet de beaucoup de critiques. Personnellement, j'ai critiqué la négritude et particulièrement la négritude senghorienne. Mais la négritude de Césaire et de Damas, je l'ai appréciée et j'ai contribué à la faire connaître aux Camerounais.
A la suite descritiques faites par moi-même et par certains autres Noirs, la négritude a reculé. Je pense que le recul est aussi dû à l'évolution des mentalités, car on peut se dire en voyant les sectes qui prolifèrent en ce moment que la négritude était mieux. Certaines sectes sont dix fois plus irrationnelles que la négritude. L'irrationnel qu'il y avait dans la négritude senghorienne avait quelque chose deraciste, de colonial. C'était odieux...
Fondamentalement, qu'est-ce que vous reprochiez à Senghor par rapport à sa négritude?
Senghor concevait la culture comme quelque chose de biologique et il considérait le nègre comme émotif. Ces deux thèses font que si nous sommes biologiquement plus émotifs et que nous ne pouvons pas dépasser cette émotivité, nous sommes condamnés par l'histoire. En faitSenghor n'hésitait pas à tirer ce genre de conclusion en montrant que la domination du Blanc sur le Noir était logique et naturelle.
Par la suite, Senghor entre à l'Académie française et tout récemment on a fêté ses 90 ans. Comment appréciez-vous ces événements?
Senghor s'est fait citoyen français. Personnellement, c'est quelque chose que je n'apprécie pas. Il a travaillé en grande partie pour laFrance, pays pour lequel il a accompli des missions, notamment à Strasbourg dans le cadre des problèmes de construction européenne. C'était un Français et s'il y avait des problèmes en Afrique, il faisait la politique de la France. C'est un Français qui est loyal à son pays. Normal qu'à la fin de sa carrière les Français le prennent à l'Académie française.
Senghor est un grand intellectuel, un...
tracking img