Un galet noir

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1111 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Un galet et du noir.

John vivait à Etretat depuis son enfance. Tous les après midi il avait l'habitude de se promener sur la plage et de ramasser toutes sortes de trouvailles, quelques fois des morceaux de bois, des affaires laissée par les touristes, de simples morceaux de craie, des pierres bizarres... Un jour, un galet attira son attention. L'objet, strictement sphérique et d'une couleurpourpre étonnante, serait bien assorti au vieux bois de sa table de nuit. Emportant son trophée avec lui, il rendit visite à son ami Max, propriétaire d'un bar sympathique dans une rue calme. En entrant il fut surpris d'entendre une conversation mouvementée aux accents mi-normand mi-québécois. Il sourit en avisant son ami agiter ses membres avec frénésie pour soutenir ses propos devant une jeunefemme blonde au regard bleu profond et au sourire énigmatique. Il héla Max et ce dernier s'enlisa, comme à son habitude, dans de sempiternelles présentations, ce qui amusa Helenna, la jeune femme québécoise. Par hasard, John croisa son regard et soudain le galet dans sa poche le brûla, il détourna vite le regard. Troublé, le jeune homme bredouilla quelques excuses en essayant de garder unecontenance et il s'esquiva précipitamment. Une fois seul, il examina le galet et l'endroit où il avait été brûlé. Il ne découvrit rien, il fronça les sourcils et entreprit de trouver une réponse à cet événement pour le moins anormal. Il haussa les épaules et repartit chez lui et le galet gagna la place prévue à côté du lit de son nouveau propriétaire.
Les jours qui suivirent, lors de ses visitesjournalières chez son ami, il retrouva Helenna et peu à peu finit par s'attacher à elle. Il apprit ainsi qu'elle vivait sur la côte du Québec près d'anciennes ruines qui étaient liées à ses origines nordiques. Il ne pensait plus au galet qui l'avait brûlé le jour où il avais vu Helenna pour première fois. Quelques semaines plus tard, la jeune femme annonça son retour au Canada bien malgré elle et augrand regret des deux amis français qui s'étaient peu à peu trouvé sous son charme. Le soir de l'annonce de cette triste nouvelle, John se souvint de son galet, il l'avait laissé chez lui sur sa table de chevet et inconsciemment il remarqua que de l'avoir auprès de lui toutes les nuits lui était aussi cher que d'être auprès de son amie. Alors qu'il allait s'endormir, il prit le galet dans sa main.Le galet brûlait, terriblement, pourtant John ne le lâcha pas, il comprit que la brûlure du galet n'était qu'autre que le reflet de sa passion pour Helenna. Apaisé, il s'endormit, le galet toujours serré dans sa main, il prit la décision de partir pour le Canada et rien d'autre. Le lendemain, il partait en avion pour le Canada, il savait où aller puisque Helenna n'était pas partie sans lui laisserde coordonnées. Ainsi arriva-t-il sur la côte est du Canada où il trouva un hôtel nommé ''Souvenir d'Arsène Lupin'' dans une petite bourgade près d'anciennes ruines vikings à quelques minutes de la mer. Le nom de l'établissement venait soi disant du père de la tenancière qui était, selon elle, un grand ami de l'écrivain français. Bien sûr, il gardait constamment son galet dans la poche; il ne lebrûlait plus depuis qu'il avait pris la décision de rallier le Canada et de rejoindre son amie. Cela aurait du lui paraître étrange mais il n'en fut rien. Il rendit visite à Helenna, elle fut surprise de le voir mais très vite elle entreprit de lui faire visiter son monde. Elle lui fit explorer les ruines des vikings qui étaient en réalité les premiers européens à avoir posé le pied sur cecontinent. Elle lui raconta qu'à peine installés, ces vikings avaient abandonné leur village et étaient repartis pour des raisons inconnues. Elle lui montra le bâtiment le plus important des ruines dont il ne subsistait que les murs et un hôtel de granit noir au centre duquel était creusé un trou dans lequel un simple caillou sphérique aurait pu tenir. Machinalement il y déposa son galet et ils...
tracking img