Un homme et une femme contemplant la lune, friedrich

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1443 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
FRIEDRICH, Un homme et une femme contemplant la Lune, 1818, huile sur toile, 34x44cm, Nationalgalerie, Berlin.

« Clos ton oeil physique, afin de voir d'abord ton tableau avec l'oeil de l'esprit. Ensuite, fait monter au jour ce que tu as vu dans ta nuit ».

INTRODUCTION

Le Romantisme est une réaction à la révolution industrielle du XIXe siècle. Une révolution accélérée dans laquelle lesartistes, les intellectuels cherchent à déceler un sens et à faire émerger un sens utopique au monde.
Cette révolution d’origine technique en conduit d’autres : une révolution de la pensée, de l’esprit, sociale.
Les romantiques croient en l’individu et affirment la prééminence spirituelle dans l'humanité.
Friedrich né en 1774, et perd très jeune une grande partie de sa famille proche. Ilss'orientera vers le paysage et lui donnera ses lettres de noblesse, alors que cette forme de peinture, était considérée comme mineure. Il fondera toute son étude sur l'observation attentive de la nature. Il la représentera sombre, tourmentée, enfermant la condition humaine sur elle même.
ANNONCE DU PLAN.
Friedrich nous dit d'observer l'œuvre avec l'œil de l'esprit, et ainsi fat référence à notre vécu.Comment cela est il ressenti dans son tableau « Un homme et une femme contemplant la Lune » de 1818?

L'IMAGE DE LA NATURE
-culte de la nature
Le sentiment de la nature est essentiel dans le Romantisme. Friedrich suggère la présence d’un dieu caché. Le spectateur est comme aspiré dans l’infini du paysage, dans l’âme du monde, au-delà du tableau, de la peinture.
Ici, elle semble pétrifiée.C'est un lieu de recueillement, sont seulement d'un coté religieux, afin de se rapprocher de Dieu, mais aussi d'un coté psychologique. En effet, les romantiques font l'éloge de la Nature, comme une forme de muse ou bien d'oracle. Elle est ce qui inspire les romantiques. La nature est une entité à part entière. Friedrich la représente telle qu'elle est, c'est à dire, non idéalisée, comme pourrait lareprésenter les peintres classiques, ou encore, les jardins français ou britanniques, qui mettent en scène une nature ordonnée pour l'un et faussement sauvage pour l'autre. Avec les romantique, et encore plus avec Friedrich, la nature est réellement sauvage, une nature oubliée, laissée à elle même sans qu'elle soit touchée par l'humain. C'est cela que veut nous faire voir l'artiste, une natureconfidente dans laquelle nous devons nous

-le lien passé/futur du couple
L'huile est utilisée lisse, brillante, et donne à la matière un aspect pétrifié.
Après son mariage avec Carline Bommer en 1818, il produit des tableaux qui comprennent la figure d'une femme. Dans « Un homme et une femme contemplant la Lune » Friedrich a peint lui-même et sa femme en regardant la Lune dans l'émerveillementromantique. Cette peinture est probablement l'une des reconnaissances les plus ardents de leur relation. Il existe une variante sur le motif, deux hommes regardant la Lune (Dresde), peint en 1820.
Dans les 2 tableaux, malgré l'éloignement visuel de la Lune, celle-ci est l'élément primordial de l'oeuvre. Dans le tableau de 1818, le couple regarde dans le même sens et le même intérêt l'astre denuit. Il prévoit un avenir plus radieux que celui laissé jusque là, exprimé par cette nature torturée et abandonnée.

LA PLACE DE L'ÊTRE HUMAIN
-l'humain face à lui même...

Le Romantisme se définit dans la recherche d’un ailleurs utopique, et le désir d’être face à soi même, animé par une critique de la modernité naissante.
Le couple dessiné par Friedrich nous tourne le dos et regarde vers lefond de la toile, l'horizon, l'infini. Il nous dirige par son élan immobile, vers les abimes mystique du tableau et l'astre sacré.
Ils semblent accomplir un choix crucial, rester dans leur espace, ou s'avancer vers la lumière.

-... dans décor théâtral...
Friedrich donne à la nature, un visage torturé, tourmenté. L'arbre, au second plan, déraciné, ne tient que par équilibre et ses branches...
tracking img