Un homme qui dort

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1177 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Exposé: l'homme qui dort, Perec
EXPOSE
Un homme qui dort, G. Perec
 
            Je mets en ligne mon exposé, je vous préviens il n’y a pas de plan, c’est un peu à l’arrache, et à moitié rédigé mais bon…
 
 
            L’épigraphe du début est une citation de Kafka qui résume la tentative de déconditionnement du réel que va faire le personnage.
            Les premières pages du livresont un peu déroutantes parce qu’on ne comprend pas de suite de quoi parle le narrateur, les phrases sont longues, détaillées mais confuses, le narrateur se perd dans des successions d’hypothèses. Puis on comprend que le personnage est entre le sommeil et le rêve il est dans son lit, fait corps avec lui, se confond en lui. Le lieu, pourtant familier (la chambre qu’il connaît par cœur), esttotalement déconstruite, tout est déformé par la pénombre est la réduction de la vision. L’atmosphère est très onirique, règne du doute.
 
            L’histoire principale commence par la description détaillée de la chambre du personnage. On parle déjà de « malaise insidieux », quelque chose cloche. Les paragraphes se suivent, il y a beaucoup de ponctuation, le narrateur retranscrit le réel, les sonsles objets…
 
            Le personnage se lève un matin  est décide de ne pas aller à son examen. Il pense à tout ce qu’il ferait « normalement » et qu’il ne va pas faire. Il n’y a pas de temporalité, beaucoup d’ellipses. Ce personnage découvre qu’il ne sait pas vivre, que jusqu’ici, tout ce qui l’a fait exister n’est plus. Il n’a plus le réconfort du sentiment d’existence, d’appartenance aumonde.
            Pourtant, il n’a jamais eu d’inquiétudes métaphysiques, mais aujourd’hui, il se lève, et n’a plus envie d’avancer. Il sent qu’il est arrivé et qu’au fond il a toujours souhaité le vide, la solitude, et l’immobilité.
            Il décide alors de commencer une nouvelle vie, ou plutôt « non-vie ». Il marche, mange, dort , se lave, mais tente de ne plus penser. Il refuse désormaisle monde, les choses, tente de se déconditionner et de supprimer toute interprétation du réel. Son approche est inhumaine, il s’anesthésie.
            A cette époque (1967), depuis déjà quelques années, les écrivaines tentent de dire des réalités qui sont de plus en plus ressenties comme indicibles, mobiles. (Influence de Freud, de Kafka). Perec est original dans le sens où son personnage permetune recherche sur le réel, le monde, l’homme, mais le personnage ne fait pas d’introspection psychanalytique (contrairement à Catherine Millot dans abîmes ordinaires), le personnage cherche à détruire l’idée de profondeur de l’âme et du monde, détruit l’idée de complexité.
 
            Le texte est entrecoupé par des passages de somnolence, comme dans les premières pages. Parfois le personnagepart dans des délires oniriques, toujours confus, qui brouillent les frontières entre rêve et réalité, (cf. : Novalis, Nerval,…)
 
            Puis, il rentre chez ses parents pendant quelques mois, à la campagne. Là, il continue sa non-vie, fait semblant, marche, lis, observe beaucoup…
            Pendant une promenade, il s’arrête devant un arbre, est fasciné : d’une part parce que cet arbrene lui demande rien, n’attend rien de lui, d’autre part parce qu’on ne demande rien à cet arbre, sa seule vérité est d’être.
            Ce que ce personnage reproche à l’humanité, sans pour autant la détester, c’est « l’incontournable vacarme », les mots, les incitations, les désespoirs, les attentes, les projets…Lui ne veut pas d’étiquettes, de rôle préconçu. Il refuse la norme et le tout fait(Cf. : Transpotting) (nombreuses énumérations, séries, listes qui rendent compte de l’absurdité et de l’artificialité du monde et de la société de consommation).
 
            Le personnage progresse dans l’indifférence et la solitude. Il est de plus en plus lassé, mal, parallèlement le rythme s’accélère, les phrases nominales sont fréquentes, le lecteur est hypnotisé…
            Puis il...
tracking img