Un homme sans culture est il concevable ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1433 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Un homme sans culture est-il concevable ?
La culture se définit comme l’opposé de la nature. Elle concerne tout ce qui est ôté ou ajouté à la nature par l’homme, c’est-à-dire toutes les transformations qu’il lui fait subir et tout ce qu’il crée ou produit de lui-même. De ce point de vue, la notion de culture semble impliquer celle d’homme car c’est lui qui en est le créateur et l’acteur. Maiscela veut-il dire qu’un homme sans culture est inconcevable ? Un homme sans culture est-il impossible à penser, à imaginer ? Est-il impossible à réaliser, à concrétiser ? Faut-il, dès qu’on parle de l’homme, c’est-à-dire de ce vivant particulier qu’on estime être différent des animaux, nécessairement parler aussi de la culture ? Ou peut-on ne pas le faire et à quoi cela nous mène-t-il ? Nous nousdemanderons donc d’abord si l’esprit est capable de penser la notion d’homme sans culture et comment il se la représente. Nous chercherons ensuite à savoir si cette idée d’un homme purement naturel est pertinente afin de pouvoir dire si, en fin de compte, un homme sans culture est concevable.

Quand on s’interroge sur ce qui est ou pas concevable, on s’interroge en fait d’abord sur les capacitésde l’esprit humain. On se demande alors si cet esprit peut, ou pas, se représenter quelque chose. Or cet esprit est fait, d’une part, de la raison, qui permet de concevoir des idées et d’autre part, de l’imagination, qui permet de produire des images. Et si cet esprit peut parfois être conçu comme limité dans ses capacités de connaissances, par portée, comme le montre Kant à propos de l’ignorancesavante au sujet de la structure de l’or, il ne l’est en revanche pas dans ses capacités d’imagination et de conception. Dès lors qu’il est logiquement capable de se faire une idée de, donc de concevoir, l’association des deux : un homme sans culture

Il ne peut alors s’agir que d’une idée car « homme » et « absence de culture » sont des éléments généraux, abstraits, donc accessibles seulement àl’esprit. Et s’il arrive à concevoir cela, alors il pourra, grâce à son imagination, s’en faire une image, s’imaginer un homme sans culture. Mais à quoi cela correspondrait-il ? Si on y réfléchit l’absence de culture doit correspondre à l’opposé de la culture, c’est-à-dire à la nature. L’esprit distingue en effet ce qui est naturel, qui naît, vit et évolue de façon spontanée, sans que l’homme aità intervenir, et ce serait alors un homme naturel, tel que l’a crée la nature. Ce serait un vivant appartenant à une espèce particulière, l’espèce humaine. Mais il faudrait pour qu’il reste sans culture, qu’une fois né, il vive indépendant de toute intervention, donc de toute transformation par d’autres hommes.

Cela semble d’ailleurs d’autant plus concevable que de tels êtres ont existé. Les« enfants sauvages », comme Victor de l’Aveyron, sont ainsi des êtres vivants appartenant à l’espèce humaine mais qui ont grandi et se sont développés hors de tout contexte humain. Ils ont vécu naturellement, probablement, du moins au départ, grâce à l’aide d’animaux et en cela, on peut dire qu’ils sont sans culture puisqu’ils n’ont été ni disciplinés, ni instruits par d’autres hommes, la discipline etl’instruction étant, selon Kant, les deux aspects de l’éducation faisant accéder l’enfant humain à la culture.

Il semble donc, d’une part, que concevoir un homme sans culture soit tout à fait possible pour l’esprit et que, d’autre part, cela corresponde même à une réalité ayant existé au moins jusqu’au début du XXème siècle. Mais, s’agissait-il vraiment d’hommes sans culture ?

L’esprithumain ne sert pas seulement à concevoir ou à imaginer, il est aussi fait pour connaître et comprendre. Ainsi, si on l’applique à l’étude des enfants sauvages, on est obligé de se rendre compte qu’en fait, ils ne sont pas, à proprement parler, des êtres humains. Le docteur Itard, qui a longuement étudié Victor de l’Aveyron, a dû reconnaître qu’il n’était en réalité ni homme, ni animal. En effet,...
tracking img