Un nouvel ordre mondial depuis 1991

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 33 (8195 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
UN NOUVEL ORDRE MONDIAL DEPUIS 1991.

En 1991, l’effondrement du modèle communiste marque la fin de la guerre froide. L’espoir surgit d’un nouvel ordre économique mondial capable d’assurer la paix et le respect des droits de l’homme sous la responsabilité de l’ONU. Un historien américain, Francis Fukuyama publie même en 1989 un livre intitulé « La Fin de L’Histoire » où il annoncela victoire irréversible à l’échelle planétaire du modèle économique et politique libéral, même si ce triomphe ne se fera pas du jour au lendemain, y compris au prix de détours temporaires. Cependant les attentats qui frappent les Etats-Unis le 11 septembre 2001 changent la nature des relations internationales. Après le monde bipolaire de la guerre froide et le monde multipolaire des années 1990,n’est-on pas entré dans un monde unipolaire soumis à la seule stratégie des Etats-Unis ?

Leçon 1 : Un nouvel ordre mondial : 1989-2001.

I) Le renouveau des Nations-Unies.

A) Un droit d’ingérence.

Paralysée par la guerre froide, l’ONU semble après 1991 en plein renouveau. Comme l’explique alors l’un des conseillers de Mikhaïl Gorbatchev« aucune organisation du monde ne saurait se servir et hâter la désagrégation des blocs de la guerre froide et des menaces pesant sur la sécurité, la liberté et le bien-être général ». En mars 1991, le Président des Etats-Unis, Georges Bush père, déclare quant à lui : « Maintenant, nous voyons apparaître un nouvel ordre mondial. (…) Un monde où les Nations-Unies, libérées de l’impasse de la guerre froide,sont en mesure de réaliser la vision historique de leurs fondateurs ».

Du Moyen-Orient à la Somalie, de l’ex-Yougoslavie au Rwanda, l’ONU intervient en dix ans dans plus de conflits régionaux qu’elle ne l’avait fait au cours des 45 premières années de son existence. Elle met en œuvre un droit d’ingérence qui permet à la communauté internationale d’intervenir plus souvent.B) La guerre du Golfe.

Le 2 août 1990, l’Irak de Saddam Hussein envahit et annexe le Koweït qu’il accuse de pomper illégalement le pétrole situé à cheval sur la frontière entre les deux pays. Un Etat souverain, membre des Nations-Unies, tente de rayer de la carte un autre Etat souverain, également membre des Nations-Unies.

Les Etats-Unis montent alors unevaste opération pour libérer le Koweït. Ils veillent à ce que l’opération « Tempête du désert » soit approuvée par l’ONU pour qu’elle apparaisse comme une réaction de la communauté internationale à l’agression irakienne. Ancienne alliée de l’Irak, l’Union Soviétique vote toutes les résolutions des Nations-Unies, y compris cele qui prévoit l’utilisation « de tous les moyens nécessaires » pour fairereculer le dictateur irakien. La guerre froide a bien pris fin.

La guerre éclate le 17 janvier 1991. Elle s’achève le 26 février. L’Irak qui subit une cuisante défaite est placé sous embargo et contraint de détruire ses armes nucléaires et chimiques sous le contrôle de l’ONU.

C) L’ONU sur tous les terrains.

En 1992, le conseil de sécurité desNations-Unies donne mandat aux Etats-Unis pour intervenir en Somalie et porter secours à une population décimée par la famine et soumise aux seigneurs de la guerre. En 1994, il autorise la France à employer « tous les moyens » nécessaires pour mettre un terme au génocide perpétrée au Rwanda par la majorité hutue contre la minorité tutsie. En 1994 encore, il autorise les Etats-Unis à intervenir à Haïtipour chasser du pouvoir les militaires qui ont renversé le Président Aristide démocratiquement élu.

L’échec de la plupart de ces interventions montre toutefois que ni la liberté, ni la démocratie ne s’imposent et que, sans le consentement du peuple concerné, toute intervention, même engagée avec les meilleures intentions est inefficace.

II) Les guerres dans les...
tracking img