Un roi sans divertissement incipit

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2624 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Un Roi sans divertissement, 1948, Jean GIONO

Texte n°1 Commentaire composé

Questions de préparation à l’oral :
1) En quoi cet incipit est-il original ?
2) Etudiez le rôle du narrateur dans l’extrait.
3) Le narrateur est-il toujours sérieux ?
4) Etudiez le mélange des genres dans l’extrait.
5) En quoi peut-on parler d’une vision poétique du monde dès ce début de roman ?

Questiondirectrice problématique : En quoi cet incipit est-il original ?

Attention la mention des titres n’est là que comme indication et ne doit pas figurer dans un devoir écrit.

Intro
Ce passage constitue les premières pages du roman de Jean Giono intitulé Un Roi sans divertissement, publié en 1948, qui est le premier volet d’un ensemble de textes regroupés sous la dénomination de « Chroniques ».Il s’agit ici de l’incipit dans lequel le narrateur situe l’action dans le temps et dans l’espace, ce qui a priori semble conforme aux attentes.
Néanmoins il apparaît que cette conformité n’est qu’une façade, une illusion et que s’instaure un jeu sur la fonction de l’incipit lequel suscite plus de question qu’il n’apporte de précisions ce qui lui confère une grande originalité.
L’incipitapparaît donc comme paradoxal et original. (Problématique présentée sous forme de question cela donnerait : « En quoi cet incipit est-il original et paradoxal ? »).
Tout d’abord, il semble répondre aux attentes d’un incipit. Ensuite, il apparaît comme extrêmement déroutant et original. Enfin, nous verrons qu’il revêt un caractère programmatique, qui lui donne une dimension prophétique.

1 Unincipit traditionnel ?
En effet, le texte fournit a priori de quoi satisfaire la curiosité du lecteur.
1.1 Les repères spatio-temporels
D’abord en fournissant des repères spatio-temporels.
1.1.1 L’ambition topographique
Ainsi, dans cet incipit, le narrateur nous dresse une géographie, de la région dans laquelle se déroule l’histoire. Les villes sont nommées, « Chichiliane », « Clelles », « Mens», « Valence », « Grenoble », les reliefs : « le col des Menets », « le versant du Diois », les routes : « La route d’Avers ». L’importance de la nomination nous montre ici que le narrateur cherche à donner corps à l’espace évoqué, or nommer les choses semble traduire la volonté de conférer une existence à cette cartographie. Il y a donc dans cet incipit une manière d’aborder l’espace avec uneambition topographique.
Néanmoins, ce n’est pas la seule manière d’aborder l’espace.
1.1.2 Un espace poétique
L’espace est également présenté de manière très poétique ce qui crée d’ores et déjà un effet de contraste sur lequel nous reviendrons plus loin. Les deux passages dans lesquels cette dimension poétique apparaît clairement sont la description du « hêtre de la scierie » et celle « duversant du Diois ».
L’espace apparaît comme subjuguant ; le hêtre est décrit de manière hyperbolique par juxtaposition anaphorique de superlatifs : « il n’est pas possible qu’il y ait, dans un autre hêtre […] une peau plus lisse, une couleur plus belle, une carrure plus exacte, des proportions plus justes, […] comment tant de justice pourrait-elle être inconsciente ? ». Le versant du Diois lui aussisubjugue le narrateur qui en perd ses mots avouant : « je ne sais pas moi ». Il est personnifié par toutes métaphores corporelles ainsi que par celle d’ « Apollon citharède » qui outre la déification l’associe définitivement à la poésie puisqu’il s’agit d’une des attributions d’Apollon ici représenté en joueur de cithare. La dimension musicale et rythmique n’est d’ailleurs pas absente de cesdescriptions, toutes deux sont développées en une seule phrase ce qui en renforce le caractère subjuguant. Ces phrases-descriptions sont portées par des images, mais aussi par un rythme, celui de l’anaphore et de l’accumulation dans la description du hêtre et soutenu en plus par une allitération en [r] dans la description du « versant du Diois ». Cette admiration de la nature se mue en un sentiment...
tracking img