Un roman russe

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2599 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Un Roman Russe
D’Emmanuel Carrère

Biographie de l’auteur 

Fils de l’académicienne soviétologue Hélène Carrère d’Encausse, Emmanuel Carrère est né le 9 décembre 1957.
Il un des écrivains français contemporains les plus reconnus. Il se fait également un nom dans le monde du cinéma : dans les années 1990, ilscénarise plusieurs téléfilms adaptés d’œuvres littéraires puis en 2003, réalise son propre film : Retour à Kotelnitch. C’est après avoir obtenu son diplôme à l’institut d’étude politiques de Paris qu’il fait es premiers pas dans le monde du cinéma, en tant que critique de cinéma pour Positif et Télérama.
Il débute sa carrière littéraire en 1982, avec la publication d’une monographie consacrée àWerner Herzog, puis l’année suivante son premier roman : L’amie du Jaguar. S’en suivent de nombreux succès : Bravoure, La classe de neige, la moustache, l’Adversaire, un roman russe, d’autres vies que la mienne. La classe de neige et l’Adversaire seront même adaptés au cinéma respectivement par Claude Miller et Nicole Garcia.
Le thème de prédilection d’Emmanuel Carrère est le vacillement del’identité.

Résumé analytique : « Un roman russe »

Cet écrit autobiographique d’Emmanuel Carrère est composé de deux axes de lecture. En effet, d’une part l’auteur souhaite se délivrer de la souffrance qu’il éprouve face à ses origines, qui sont un tabou dans la famille et dont la mère ne dis mot, le rongeant au plus profond de lui-même. D’autre part, son histoired’amour avec Sophie, que le lecteur perçoit comme une passion destructrice.
Tout au long du « Roman russe », Emmanuel Carrère nous dévoile la tumultueuse relation qu’il entretient avec Sophie, qu’il considère comme l’amour de sa vie, une jeune femme blonde et élancée, donc il est éperdument amoureux qu’il a connu peu de temps avant de partir pour la première fois en Russie en quête de ses origines, etplus précisément à Kotelnitch.
Sophie comble en tout point ses attentes autant affectives que sexuelles, qu’il n’hésite pas à détailler dans son récit, ce qui met parfois le lecteur mal à l’aise quant aux mots et expressions que l’auteur emploi, souvent de langage très familier voire bestial. La chair est un élément présent de part et d’autre du roman et les fantasmes de l’auteur ainsi que savie sexuelle sont récurrents.
Elle est pour lui un guide dans sa vie tourmentée par l’incertitude, étant toujours aux petits soins pour lui, l’écoutant et le rassurant. A contrario, Emmanuel Carrère paraît imbu de sa personne, et estime sa compagne d’un rang social inférieur au sien ; malgré son amour pour elle, il n’apprécie pas son entourage et se juge « supérieur ». Cet aspect de Sophie lebloque quant à la décision d’une avancée ou d’un engagement certain dans leur relation. Cette indécision rempli de solitude Sophie qui est malgré elle poussé dans les bras d’un autre homme, Arnaud, qui l’aime et lui promet la vie dont elle rêve avec Emmanuel : une union et une famille.
Aveuglé par son égoïsme et la perpétuelle quête de ses origines, Emmanuel Carrère passe outre la solitude de sabien aimée, lui écrit même une lettre d’amour pornographique qui sera publié dans le journal Le Monde, une lettre lue par des milliers de Français mais qui au final ne sera pas appréciée par sa destinataire dont le destin a fait qu’elle ne la lise jamais.
C’est alors que débute le passage de la passion charnelle à la passion destructrice du couple. En effet, l’auteur, apprenant l’infidélité deSophie à son égard deviendra cruel et parfois même inhumain quant à ses propos envers Sophie, leurs rapports verbaux mais aussi sexuels deviennent brutaux. Par ce mélange d’atteinte à sa fierté et son impossibilité de pardonner les mensonges de la femme qu’il aime, il finira par la chasser, la pousser malgré elle dans les bras d’Arnaud. Tous deux amoureux l’un de l’autre, tout deux éperdument...
tracking img