Un sac de billes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1837 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 1 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Chapitre 1 : L’enfance
1941, donc pendant la seconde guerre mondiale en France. Dans le salon de coiffure de son père, qui est situé à Porte Clignancourt à Paris,
Joseph, qui a dix ans, et son frère aîné font vite leurs devoirs.
Maurice quitte son lit, bien que les deux frères doivent dormir après que leur mère les a couchés,
Joseph Joffo se souvient de son père qui leur lit toujours deshistoires de la famille, surtout du grand-père de Maurice et Jophe.

Chapitre 2 : L’étoile jaune
Joseph reçoit son étoile qui symbolise qu’on est un juif et qui limite la vie gravement à cause du fait qu’avec cette étoile le porteur n’a guère de libertés.
A l’école, comme les élèves comprennent que Joseph est un juif, ils l’accusent d’être responsable pour la guerre.
Les élèves l’insultent etlui disent des préjugés envers les juifs.

Chapitre 3 : A l’école
Pendant les cours de géo chez père Boulier, Joseph réalise que l’attitude de son prof envers lui se changeait et que maintenant il se comporte autrement envers Joseph.
Par contraste au normal M. Boulier ne demande plus de questions à Joseph qui se sent mal et en plus ne peut pas suivre l’attitude de son environnement.
Quandmême ses condisciples l’offensent et le violent, comme ils violent aussi son frère Maurice, la situation devient encore plus déconcertante pour Joseph.
Zérati veut échanger ses billes contre l’étoile de Joseph, et le juif, sans hésitation, accepte son offre. Puis arrivé à la maison M. Joffo voit ses deux enfants les plus jeunes.
En réalisant ce qui s’est passé, il commande aux deux de rester à lamaison cet après-midi.

Chapitre 4 : Le départ
Quand les Joffos retournent à leur boutique, ils constatent que presque tous les clients sont déjà allés/partis. Joseph se souvient que son père lui racontait souvent des histoires de lui-même et les histoires quand il est arrivé en France pour y commercer une nouvelle vie et naturellement il raconte aussi souvent de son épouse.
Les enfantscomprennent que leur père leur dit ces histoires pour les préparer pour leur fuite. Alors M. Joffo leur explique qu’ils devront partir seuls, Joseph et Maurice, jusqu’à ce que leurs parents aient réglé certaines affaires. Il leur faut passer la frontière afin qu’ils puissent vivre plus en sécurité chez leurs frères aînés Henri et Albert. Pour cela, leur père leur décrit comment on reçoit (c cédille) despièces d’identité et quoi dire quand les soldats leur demandent s’ils sont des juifs. Avec le métro, les deux enfants arrivent à Dax, où un prêtre les aide à passer le contrôle allemand. Dans un autocar ils veulent aller à Hagetmau.

Chapitre 5 : La ligne de démarcation
Arrivés à Hagetmau Maurice propose de se renseigner où ils peuvent trouver un passeur.
Les deux frères demandent à un homme àla frontière comment la passer, et l’homme conseille de prendre père Bédard. Mais quand il comprend que les jeunes n’ont pas assez d’argent pour payer père Bédard, Raymond leur propose de les aider lui-même à passer la frontière.
Raymond arrive au lieu de rendez-vous en prenant l’argent des enfants et leur expliquant qu’ils ont déjà passé la ligne sans l’avoir remarqué.
Cela dure encore deuxsemaines jusqu’à l’arrivée à Menton.

Chapitre 6 : A Menton
Après être arrivés à Menton, Maurice reconnaît vite son frère aîné s’appelant Henri.
Henri quitte son client, les embrasse et pose bien des questions aux enfants.
La « famille réunie » se réjouit qu’on se soit retrouvé. Plein de joie Henri achemine les deux pour qu’ils achètent des choses pour fêter leur arrivée.
Enfin, à la fin dujour, Joseph s’endort vite, parce que le voyage l’a rendu très fatigué.

Chapitre 7 : Nouveau départ
Les jeunes gens reçoivent une lettre de leurs parents dans laquelle ils écrivent qu’ils étaient enfermés dans un camp après être arrivés en zone libre.
A ces mots Henri se rend à Vichy pour y libérer ses parents en mentant qu’ils ne sont pas des juifs, ce que croient les soldats. Les parents...
tracking img