Un secret de philip grimbert

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (608 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 17 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I. Personnage
1) Présentation du narrateur
L’auteur est le narrateur. C’est une histoire vraie basée sur des faits réels
Fils unique de Maxime et Tania né quelques années après la guerre p 64Descriptif : maigre, pâle, anatomie défaillante, yeux cernés
Branche grêle au sommet d’un arbre généalogique

2) Caractère, personnalité du narrateur
Envieux : de ceux qui ont un frère
Peureux : ilsurmonte ses peurs grâce au frère imaginaire
Admiratif : des héros de la cour de récréation, du physique de ses parents « je haïssais mon corps et admirais sans limites celui de mes parents »Curieux : p.26 « j’avais une curiosité sans limite pour les corps »
Son domaine : l’école, le narrateur aime écrire (c’est un point commun avec l’auteur)
Il aimerait être le préféré des maitres pour sesentir AIME
Enfant modèle à l’école et en famille
Enfant solitaire
Jaloux lorsqu’il apprend que Simon est le double parfait de son père, il ne l’aime pas, il se sent inférieur à lui p 81

3) Sonévolution, influence des événements sur lui
Le lendemain de mes 15 ans, j’apprenais enfin ce que j’avais toujours su. p72
J’avais 15 ans et cette nouvelle donne changeait le fil de mon récit.Qu’allais-je faire de cet adjectif (juif) ? Un qualificatif venait s’ajouter à ma liste : je n’étais plus seulement faible, incapable ou inapte. Toujours le même j’étais devenu un autre, curieusement plus fortp73
Dorénavant il se pose des questions ; l’histoire que j’avais voulue limpide dans mon premier récit devenait sinueuse. Il apprit la mort de Robert le mari de Tania, de Simon le fils de Maxime etd’Hannah
Simon et Hannah effacés à deux reprises : par la haine de leurs persécuteurs et par l’amour de leurs proches p81
P157-158 la vérité lui a permis de ne plus souffrir de son apparence, decomprendre enfin le regard de son père, désormais il savait ce qui rendait sa mère muette.
Depuis que je pouvais les nommer, les fantômes avaient desserré leur étreinte : j’allais devenir un homme...
tracking img