Un voyage au maroc

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (401 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Aujourd’hui, voyage a Casa. Assise sur mon siège, je regarde ces paysages du Maroc que je ne connais pas ! Aah, si tout les marocains savaient que leur pays ressemblait à ça ! Je vois les bergersavec leurs moutons bien gras et je me rappelle d’oncle Mohamed passant de voiture en voiture essayant de vendre ces paquets de mouchoirs qui sont devenus sa seul source de revenue, après que sespauvres moutons ont péris à cause de la faim dû à la forte sécheresse de l’année dernière ! Je me rappelle de son désespoir et de sa tristesse dans ses yeux, il était totalement abattu, je me rappelle deses paroles : « Ah, Sanaa si tu savais combien je voudrais donner pour que je puisse aller en Espagne, là-bas tout est beaucoup plus simple ! Je connais un ami, Moustapha, on dit qu’il gagne bien savie, sans souci, alors que moi je suis entrain de périr là en me lamentant sur mon sort ! 
C’est bien là le problème des mentalités de certaine personne comme oncle Med’ ! Disons qu’ils ne voientjamais la télé pour savoir que l’Espagne est placée numéro 1 pour la crise mondiale ! Je les plains tous de croire que partir en Espagne serai la solution de leurs problèmes ; ça ne pourrait que lesdétruire encore plus ! Ils seraient traités d’une manière abominable ! Que dire de plus ? Ah ! Les pauvres familles qui reste pendant des années sans les nouvelles de leur proche pendant des années et lerevoient un jour avec une belle voiture, qui l’a enfaite loué avec l’argent amassé de plusieurs années et pendant deux semaines surveillent 24h/24h ! Ce serait donc ça la vie que voudrait avoir oncleMed’ ? Quelle misère !
Je rouvre les yeux. En pensant à toutes ces misères je me suis endormie ! Je regarde mon portable. 16h36. Une heure était passée. Je suis assise dans une cabine de la classe 1 !Cabine climatisée, beaucoup d’espace, siège confortable, bien que demander de plus ? Et c’est là que je me rappelle l’enfer ou j’étais passée ; l’enfer. La chaleur était insupportable, le passage...
tracking img