Une autre vie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (407 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Une autre vie…

Le parti du respect du peuple
Le "P-R-P" même si c’est drôle.
Où l’élu pense d’abord au peuple
Et non se préserver un rôle.

Faire du social avant la liste
Pour que l’humainsoit respecté
Ne serait-ce pas une meilleure piste
Qu’un espace politique pollué.

Un peuple qui se désintéresse
De vivre ses devoirs d’expressions
Où sa vraie vie n’est plus maitresse

Deschoix qu’il aimerait pouvoir faire
Changeant les dérégulations
En citoyen où tout prospère.

Je pensais pouvoir être fier de me considérer être un citoyen français, européen et du monde… et non undomestique, esclave politique, otage sans intérêts de la mondialisation économique qui se passe de mes besoins, de mes convictions, et de l’avenir que je pensais pouvoir transmettre à mes petitsenfants.

Serais-je un petit roquet, qui cri au vent ses inconforts, pour faire croire qu’il existe et se persuader d’être influent. Alors que faisant pourtant partie du plus grand nombre, une poignée dedécideurs médiatisés, ont réussi à mettre une burqa sur la visualisation de mes réels choix de société et de représentants respectueux de vie humaine, plutôt que de la seule impersonnelle économie,représentants qui puissent être médiatiquement soutenus.

Comme MARTIN LUTHER KING, j’ai fais un rêve… celui d’un homme qui prie devant un mur qui est reconnu être un espace intermédiaire entre DIEU etles suppliques de tous. Un homme qui fait cet acte avec toute sa FOI, depuis cinquante ans… une journaliste qui y voit un scoop, ose demander à cet homme l’objet de ses prières.

Je pris le seul etunique DIEU, le seul qui puisse intercéder à l’intérieur des pensées humaines, de faire en sorte que tous les humains puissent s’écouter et s’aimer. Qu’aucun de nos descendants n’aient à subir deguerre, que la nature puisse avoir une trêve assez longue pour réparer les blessures que les humains ont cru avoir le droit de pouvoir lui faire.
Et ça marche ? demanda la journaliste
Hélas non… j’ai...
tracking img