Une charogne de baudelaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (653 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 juin 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
Une Charogne de Baudelaire

Introduction :
    Ce poème est extrait de "Spleen et idéal", extrait des Les Fleurs du mal 1857. Une charogne traduit chez Baudelaire la puissance du poète detransformer le laid en beau. A travers la description de la charogne Baudelaire va déclare son amour à une femme idéalisée Baudelaire faisait partie de la génération des poètes maudits, c'est-à-dire noncompris par les gens de son époque.
Problématique : Il s'agira de découvrir comment par le travail de l’écriture Baudelaire transforme le laid en beau.

I – La fusion du laid et du beau et l’ironie quis’en dégage

A Le choc des oppositions 
- Antithèses et rimes anti sémantiques : « beau matin d’été si doux » vers 2 et « charogne infâme » vers 3 puis « mon âme » vers 1 qui désignent la femme etrime avec « infâme » vers 3
- Oxymores à effet ironique « carcasse superbe » vers 13
- Antithèse qui crée un chocs et marque la distance ironique : « soleil rayonnait sur cette pourriture » vers 9- opposition et association entre deux éléments incompatibles, est une façon de traduire l’indissociable lien entre le beau et le laid, entre les « fleurs » et le « mal »
- déplacement vers leculinaire (« cuire à point » vers 10)comme si un tel tableau suggérait la faim.

B Le tableau de l’horreur 
- Lexique de la vermine exagérément développé : « mouches, larves… » vers 17, 19
- Gaietéironiquement associée à ce monde de la décomposition « en pétillant » vers 22 « vivait en se multipliant » vers 24 (paradoxe de la vie qui naît de la mort, effet presque surnaturel, renforcé par« étrange musique » vers 25)

II – Comparaison de la femme et de la charogne, suite de l’ironie grinçante

A Les association de l’érotisme et de la mort
- Allusions à des connotations sexuelles : « Leventre en l’air comme une femme lubrique » vers 5
- « brûlante » vers 6 à un double sens, celui de la fièvre qui conduit à la mort, mais aussi celui du feu du désir. 
- « son ventre » vers 8 est le...