Une charogne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2285 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Séquence 1 : Promenades sentimentales
Lecture analytique 2 : « Une Charogne », Baudelaire.

Introduction

Le poème « Une Charogne » est extrait de la section Spleen et Idéal du recueil Les Fleurs du Mal, publié en 1857 et écrit par Baudelaire. Poète de la modernité, Baudelaire ne rejette pas la laideur. Bien au contraire il l’assume pleinement en décrivant dans cette vingt-neuvième pièce unecharogne en décomposition : « Il m’a paru plaisant et d’autant plus agréable que la tâche était difficile d’extraire la beauté du mal ».
En quoi le poème est-il moderne ? En quoi est-il une réécriture parodique de la poésie galante du 16e siècle ? Comment s’exprime la modernité dans ce poème ?
Nous étudierons le poème selon le parcours de lecture suivant :
A Une description macabre
B Lediscours adressé à la femme aimée
C Les leçons de l’apologue.

A Une description macabre.

1 1 Une description réaliste

- Les premiers vers du poème sont le récit d’une découverte partagée à la fois par le poète et la femme aimée  comme l’indique le passé simple : « Rappelez-vous l’objet que nous vîmes, mon âme ». Le poème est le récit de cette expérience commune faite à un momentimprécis : « ce beau matin d’été ». Mais ce moment s’est prolongé : emploi de l’imparfait.
- S’ensuit alors une longue description de la charogne sur laquelle le poète s’attarde en l’évoquant par des synonymes : « pourriture » v9/ « carcasse » v13/ « ordure » v37 . La description de la charogne est d’un réalisme cru. En effet, aucun détail sordide n’est épargné. Tout d’abord, le poète met en exergue lesodeurs désagréables du corps en décomposition : « suant les poisons » v6/ « ventre plein d’exhalaisons » v8/ « la puanteur était si forte » au vers 15 ( adjectif renforcé par l’adverbe d’intensité si).adjectif « putride » placé à la rime. La description permet ensuite de visualiser la charogne : strophe 5 « Les mouches bourdonnaient » au vers 17/ « des larves » au vers 19. Enfin, l’horreur estaccentuée par la réaction indignée de l’être aimé  aux vers 15 et 16 : « La puanteur était si forte/ que vous crûtes vous évanouir »/ La diérèse sur le substantif « infection » accentue l’horreur.

2 Une fascination pour le morbide
La mort ici ne suscite aucun sentiment d’effroi chez le poète. Nous pouvons constater que la charogne est désignée comme « une carcasse superbe » au vers 13 par lafigure stylistique de l’oxymore. Au vers 14, elle est comparée à « une fleur ». Elle n’est donc pas synonyme de laideur mais de beauté. Le poète décrit ensuite dans la strophe 5 la charogne comme un creuset de vitalité et de fertilité. En effet, « Les mouches bourdonnaient sur ce ventre putride » au vers 17 et des « noirs bataillons » sortaient de « ce ventre putride ». Il n’y a plus de frontièreentre la vie et la mort. La charogne est animée, ce phénomène est traduit par des verbes de mouvement : «  les mouches bourdonnaient »v 17/ « sortaient » v 18/ « qui coulaient » au vers 19/ « Tout cela descendait, montait comme une vague » au vers 21/ Nous retrouvons les quatre éléments vitaux associés à la charogne :l’air avec le « souffle vague » au vers 23 ; l’eau avec la comparaison « comme unevague » au vers 21 ou bien encore à travers l’évocation de « l’épais liquide » au vers 19, ou bien encore le feu avec le soleil et la terre avec le « grain » du « vanneur » au vers 28. Le verbe vivre est mis en valeur par l’enjambement au vers 24. Enfin, la description dépasse le simple stade de l’observation du réel lorsque la charogne devient une vision onirique : «  Les formes s’effaçaient etn’étaient plus qu’un rêve » au vers 29.

3 Eros et thanatos.
Dans la seconde strophe, le poète lie amour et mort à travers la description de la charogne «  les jambes en l’air, comme une femme lubrique/ brûlante et suant les poisons ». Mais la charogne est supérieure à la femme puisqu’elle n’a pas peur de la mort. Ainsi, elle « ouvrait d’une façon nonchalante et cynique/ son ventre plein...
tracking img