Une connaissance scientifique du vivant est-elle possible?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1466 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Une connaissance scientifique du vivant est-elle possible ?

De nombreuses découvertes au XIXème siècle ont permis à l’homme d’établir une certaine connaissance du vivant. La théorie cellulaire, a permis d’établir l’existence d’un constituant commun à tous les être vivants : la cellule, et permet ainsi la connaissance plus approfondie sa structure. Puis, la génétique : Mendel met en évidenceles lois qui règlent la reproduction et la transmission héréditaire. Enfin, la théorie de l’évolution, où Lamarck et Darwin essaye de comprendre « l’histoire » des espèces. Ceci nous laisse à penser que l’homme est capable d’établir une connaissance scientifique du vivant. Cependant, le vivant ne se comporte pas tout à fait comme les objets de la physique et de la chimie. Il est difficile d’étudierun être qui se modifie sans cesse, qui est différent selon l’âge, l’espèce et le milieu où il vit. Les organismes ne demeurent pas identiques à eux-même : ils vieillissent en se renouvelant. Ainsi, nous sommes en droit de nous demander si une connaissance scientifique du vivant est réellement possible.
Après avoir défini ce qu’était le vivant, nous verrons comment nous pouvons établir unecertaine connaissance scientifique. Pour terminer, nous verrons qu’elles en sont les limites.


Ce que les êtres vivants ont à la fois en commun et de spécifique c’est d’être des organismes, c’est-à-dire des systèmes existant par soi, et dont toutes les parties (les organes) sont interdépendantes et ont des fonctions qui concourent à la conservation du tout. Plus précisément le propre de toutorganisme est, premièrement de se nourrir et de se développer grâce à une relation constante avec un milieu extérieur. Deuxièmement, de pouvoir se reproduire : troisièmement d’être capable (au moins en partie) d’autorégulation (par exemple, l’organisme malade sécrète des anticorps) et d’autoréparation (par exemple, le phénomène de cicatrisation). Un être vivant est aussi un individu qui se génèreet se régénère sur la base des données (génétique) qu’il trouve dans son milieu interne (appelé aussi son patrimoine génétique). Ainsi, peut-on définir la vie comme Claude Bernard de « création », soulignant par là qu’elle est, selon le mot du physiologiste Marie François Xavier Bichat, « l’ensemble des fonctions qui résistent à la mort ». On retrouve ses caractéristiques chez tous les êtresvivants de l’unicellulaire le plus élémentaire au pluricellulaire le plus complexe, ou, du végétal à l’animal.
Quand on parle de connaissance du vivant, on pense spontanément à la biologie, qui monopolise pour elle-même dans son appellation la notion de connaissance (logos) du vivant (bios). On serait dès lors enclin à penser qu'une réflexion ayant la connaissance du vivant se doive d'observer etd'interroger la pratique du biologiste. Or rien n'est moins sûr Il suffit d'évoquer l'adjectif "biologique" pour s'en rendre compte : on applique cet adjectif au mot vie sans qu'il y ait pour autant pléonasme ! On parle des manifestations biologiques de la vie, mais aussi de vie intellectuelle et morale, de vie sociale, de vie spirituelle. La vie biologique ne semble devoir être qu'une forme ou unniveau de vie. Un retour à Aristote suffira à nous convaincre de la restriction, abusive, que nous imposons au concept de vie : Aristote qui impute à l'âme la motricité et l'équilibre physiologique, reconnaît à celle-ci des facultés diverses nutrition et reproduction certes, mais aussi sensation, mouvement et pensée. Quelles sont les formes essentielles de vie ? On en distingue classiquementquatre, chacune requérant et englobant celles qui les précède dans l'ordre suivant :1) vie végétative 2) vie sensitive 3) vie intellectuelle 4) vie spirituelle (morale et religieuse)



« Il faut dans l’étude de la nature, insister davantage sur l’âme que sur la matière, disait Aristote dans Des parties des animaux. Il s’explique de façon vitaliste. Tout vivant possède une âme qui l’anime. Il...
tracking img