Une promesse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1173 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Étienne et Fauvette s'aiment infiniment. Les années ont passé, le temps a parcheminé la peau de leur visage, mais la tendresse est restée intacte.
Dans leur maison Ker Ael, ils guettent chaque jour la visite de l'un de leurs "petits" qui ont fait une promesse, il y a dix mois déjà. Mais peut-on lutter indéfiniment contre le cours de la vie?
Il y a Bosco, le frère d'Étienne, le socle dugroupe; Paradis qui fait tinter ses clés; Ivan qui voudrait tant ressembler à Lénine; l'Andouille que le silence tue à petit feu; Léo qui ne se remet pas de la mort de sa belle Angèle et marche à côté de son vélo; Blancheterre, le jeune professeur, et Madeleine, la douce et émotive Madeleine.
Tous les jours, ils se rendent à Ker Ael, ouvrent les rideaux, changent les draps, installent la table...Puis ils vont au bar de Bosco boire le verre de promesse.

Étienne et Fauvette étaient leurs repères, des parents de substitution; les sept amis ont grandi à leurs côté et se sont nourris auprès du couple : nourris de mots et d'amour. Aujourd'hui, ils luttent contre l'oubli et la mort. Mais dix mois, c'est long, dix mois de deuil à en perdre les raisons.

J'ai ouvert ce roman car il fait partiede la sélection du prix des lecteurs du Livre de Poche, et que j'ai la chance cette année de compter parmi les membres du jury.
Je n'en avais jamais entendu parler auparavant, et ne me sentais pas particulièrement attirée par le titre et la couverture. Et pourtant, dès les premières phrases, Sorj Chalandon a su me prendre dans les mailles de son filet. Avec un vocabulaire dépouillé et unesyntaxe apparemment simple, l'auteur réussit à faire naître des images aussi puissantes que poétiques. Sorj Chalandon économise les mots mais jamais les images. L'écriture, en ce sens, est le reflet des personnages qui composent l'histoire : des taiseux au grand coeur. Chaque mot est soigneusement pesé avant d'être prononcé :
Elle a ouvert le livre au milieu, au hasard. Elle aime surprendre lesphrases sans qu'elles s'y attendent. Les phrases qui paressent, qui pensent qu'elles ont le temps. Qu'il y a tant de pages avant elles, qu'elle peuvent sommeiller à l'ombre des mots clos.
ici, on ne gaspille pas les paroles, on les dorlote, on les laisse prendre leur envol et c'est au lecteur de combler les vides :
Dehors il fait septembre, c'est à dire presque rien.
Quand Sorj Chalandondécrit l'un de ses personnages à travers le regard de celle ou celui qui l'aime, il lui peint à la fois le corps et l'âme en quelques mots :
Il a son front de peine, ses rides profondes, ses paupières lourdes et la bouche en soucis.
Au fil des pages, je ne comptais plus ces phrases à l'économie envoûtante, tant il y en avait. Ma rencontre avec le style de Sorj Chalandon fut donc un émerveillementcontinu.
Mais il y a aussi l'histoire, et là, les mots me manquent justement. L'auteur le fait si bien, que je dénaturerais forcément son propos en vous en parlant. C'est une histoire d'amour, une histoire d'amitié, une histoire de légendes, une histoire de deuil, une histoire de souvenir, une histoire d'éternité. C'est tout cela à la fois et tellement plus encore.

Je relis rarement lesromans, mais je sais déjà que je rouvrirai celui-ci quand la vie me malmènera; pour ne pas oublier... surtout, ne jamais oublier.
Résumé du livre
Nous sommes en Mayenne, une maison à l'orée d'un village. Dans cette maison, voici Etienne et Fauvette, un vieux couple qui n'a jamais cessé de s'aimer. La maison est silencieuse. Les volets fermés et la porte close. Nuit et jour pourtant, ils sontsept qui en franchissent le seuil. Sept amis, les uns après les autres, du dimanche au lundi, chacun son tour et chacun sa tâche. Il y a le Bosco, {text:soft-page-break} ancien marin qui tient le bar du village, il y a Madeleine qui, chaque semaine, fleurit la maison, il y a Berthevin qui allume et éteint toutes ses lumières, il y a le professeur qui dit des poèmes à voix haute, il y a Ivan,...
tracking img