Une vie heureuse est elle une vie de plaisirs?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (651 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Ce sujet invitait à penser une vision commune du bonheur comme rimant avec plaisir et donc à s’interroger sur la pertinence de cette thèse hédoniste, ses limites et les fins qui peuvent être cellesde notre existence. Il présuppose que le bonheur peut être défini pour tous, selon des genres de vie et aussi que celui-ci est possible, ce qu’on aurait pu contester en fin de devoir en montrant que lebonheur est l’aspiration de tout homme mais que chacun a sa définition du bonheur et que si le bonheur est cette totale satisfaction à laquelle nous aspirons tous, il est sans doute inaccessible.I .On pouvait commencer par exposer cette thèse hédoniste :

- elle s’accorde avec la définition du bonheur comme satisfaction totale de nos désirs, comme accord entre le monde et mes désirs

- lebonheur exclut la souffrance et donc implique le plaisir

- l’homme aspire à satisfaire ses désirs, c’est le principe de plaisir chez Freud mais cette vie de plaisir est présenté dès l’Antiquitépar exemple avec Calliclès dans le Gorgias de Platon, comme étant la vie en accord avec notre nature, il vaut mettre son énergie au service de ses passions et ce sont les faibles qui présentent cettevie de plaisirs comme une vie de licence, de débauche parce qu’ils ne sont pas capables de la mener

Mais aller de désir en désir, c’est aussi aller de frustration en frustration et le plaisir ne sevivant que par contraste, on finit par ne plus trouver de plaisir ou ne plus pouvoir le renouveler. Aussi on peut se demander si une vie de plaisir n’est pas finalement une vie de souffrance etd’errance ?

II.la course au plaisir peut être source de malheur

- c’est ce que soutient Socrate face à Calliclès avec l’idée du tonneau perçé

- c’est ce que constatent les sagesses antiques quiappellent à mesurer ses désirs, à distinguer les désirs naturels et nécessaires, des désirs vains ou impossibles à réaliser. C’est la position de la philosophie épicurienne ou des stoïciens qui...
tracking img