Vampire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (852 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 janvier 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
Intro :
Le vampire est de nos jours considéré comme un monstre très élégant à cause des livres et des films. Mais en réalité, c'est plutôt une légende puisqu'on le retrouve dans la mythologie, ilya des siècles de cela. Posons-nous cette quesion : Qu'est-ce réellement qu'un vampire ? Le cinéma nous en a déjà donné une bref description souvent altérée : ses points forts et faibles. En fait,"c'est un mort-vivant qui se nourrit de sang pour assurer son immortalité".


Les origines :
Le vampire est relaté dans beaucoup de mythologies antiques. Elles disent que d'infâmes créaturesaiment boire du sang humain. On trouve une grande quantité de legendes sur les vampires dans le monde entier. Dès le XI ème siècle, on raconte que des morts quitte leur tombe et attaquent divers individus.Du fait que le sang est la vie en quelques sortes, au XIV siècle, l'expression vampirisme se répend en Europe. Au XVII ème siècle, les superstitions se répandent dans le monde entier. C'est au XVIIIème siècle que va se produire ce qu'on appelle de nos jours "l'épidémie vampirique". Tous les journaux en parlent en Europe. Des chasses vont être organisées. Au siècle des lumières, des superstitionsvont faire peur aux gens. Beaucoup d'articles sont parus ce qui entraine un gran émoi. Les pays touchés doivent faire des enquêtes complètes et des phénomènes seront inexpliquables. L'existence duvampirisme va être officialisée. Le vampirisme devient un sujet à la mode dans les salons de l'époque et avec beaucoup de sérieux. Certains auteur très connu comme Voltaire et Rousseau en parlent. Leterme vampire est reconnu en 1732. Le vampire est un mort qui ne s'altère pas. Il est parfois changé de position dans sa tombe et il sort parfois du sang de sa bouche. Cependant il n'a pas de grandesdents, il suce le sang de ses victimes. Certaines légende parlent de pieu, etc... afin de le tuer définitivement et parfois pour qu'il n'y est pas contagion. On parle de contagion car tout ceci c'est...