Ve republique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1073 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1. La République gaullienne (1958-1969)
retour




A. La politique de grandeur
retour


– Le général de Gaulle veut assurer la stabilité politique à l’intérieur du pays et restaurer le prestige de la France à l’étranger.

– La constitution de la Ve République qui est l’œuvre du général de Gaulle donne un pouvoir accru au président de laRépuBreal/Images/SQHGBrevet/p. 195). Elle est approuvée par référendum en septembre 1958.

– Devenu président de la République en décembre 1958, le général de Gaulle veut restaurer le prestige et l’indépendance de la France.

•Dès 1958, il regroupe les colonies françaises dans la « Communauté française » et leur promet l’indépendance.
•Il règle le problème algérien en mars 1962 par les accords d’Évian qui accordentà l’Algérie une indépendance approuvée par référendum. Décolonisée, l’Afrique noire signe des accords de coopération avec la France (1960-1961).
•Il conteste la domination des États-Unis sur les plans politique, militaire et monétaire. Il dote la France de l’arme atomique (1960) et lui fait quitter l’OTAN en mars 1966 (Cf. Outil 1, p. 184).
•Il refuse l’entrée du Royaume-Uni dans la Communautééconomique européenne et s’appuie sur l’alliance allemande.



B. Modernisation et prospérité économique
retour


La prospérité économique et la stabilité politique caractérisent les débuts de la ve République.

– La France connaît une forte expansion économique et le niveau de vie s’améliore, ce qui se ressent dans les domaines du logement, de l’équipement ménager, desloisirs et de la santé.

– L’État favorise le développement des technologies françaises : énergie nucléaire, mise au point du Concorde et de l’Airbus.

– À cette période de prospérité économique correspond une stabilité ministérielle, appuyée à l’Assemblée nationale par une forte majorité de gaullistes.



C. Contestations sociales et démission (1968-1969)
retour


– À partirde 1965, l’influence du général de Gaulle faiblit. Il n’emporte les élections présidentielles de 1965 qu’au deuxième tour et ne dispose plus que d’une majorité relative à l’Assemblée nationale après 1967.

– En mai 1968, une agitation étudiante débouche sur une grave crise sociale et politique. Les grèves paralysent le pays malgré la signature des accords de Grenelle qui accordent des haussesde salaires.

– La gauche demande le départ du Président. Mais celui-ci reprend la situation en main et les élections législatives de juin 1968, dans une atmosphère de peur, redonnent la majorité aux gaullistes.

– Cependant, en avril 1969, les Français rejettent par référendum le projet de régionalisation proposé par de Gaulle et ce dernier démissionne.



2. De 1969 à 1998 : laVe République et son évolution
retour




A. La droite face à la gauche (1969-1980)
retour


Pendant que le président de la République Georges Pompidou méne une politique de réformes, les partis de gauche s’unissent derrière François Mitterrand.

– Georges Pompidou est élu président de la République en 1969. Ancien Premier ministre du général de Gaulle, il mène unepolitique plus européenne et ne s’oppose plus à l’entrée du Royaume-Uni dans la CEE. Son Premier ministre Jacques Chaban-Delmas applique une série de réformes, la « Nouvelle Société », qui vise à réduire les inégalités par la création du SMIC – salaire minimum interprofessionnel de croissance. Mais Georges Pompidou meurt de maladie en avril 1974.

– Pendant ce temps, les partis de gauche se sontrapprochés. Parti communiste, parti socialiste et radicaux de gauche ont signé un programme commun de gouvernement en 1972. Leur candidat François Mitterrand est battu de peu aux élections présidentielles de 1974 par Valéry Giscard-d’Estaing.



B. La crise économique et ses effets
retour


Au milieu des années 70, la France est atteinte par la crise économique mondiale. Le...
tracking img