Verlaine chair

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1923 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 octobre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
vChair
Paul Verlaine 1896 Texte établi d’après Wikisource

- EDITION LIVRES POUR TOUS http://www.livrespourtous.com/ Avril 2009
Copyright: Ce document peut être copié et distribué librement pour un usage personnel

Prologue

L’amour est infatigable ! Il est ardent comme un diable, Comme un ange il est aimable. L’amant est impitoyable, Il est méchant comme un diable, Comme un ange,redoutable. Il va rôdant comme un loup Autour du cœur de beaucoup Et s’élance tout à coup Poussant un sombre hou-hou ! Soudain le voilà roucouLant ramier gonflant son cou. Puis que de métamorphoses ! Lèvres rouges, joues roses, Moues gaies, ris moroses, Et, pour finir, moulte chose Blanche et noire, effet et cause ; Le lys droit, la rose éclose...

Chanson pour elles

Ils me disent que tu es blondeEt que toute blonde est perfide, Même ils ajoutent « comme l’onde ». Je me ris de leur discours vide ! Tes yeux sont les plus beaux du monde Et de ton sein je suis avide. Ils me disent que tu es brune, Qu’une brune a des yeux de braise Et qu’un cœur qui cherche fortune S’y brûle... Ô la bonne foutaise ! Ronde et fraîche comme la lune, Vive ta gorge aux bouts de fraise ! Ils me disent de toi,châtaine : Elle est fade, et rousse trop rose. J’encague cette turlutaine, Et de toi j’aime toute chose De la chevelure, fontaine D’ébène ou d’or (et dis, ô poseLes sur mon cœur), aux pieds de reine.

Autre

Car tu vis en toutes les femmes Et toutes les femmes c’est toi. Et tout l’amour qui soit, c’est moi Brûlant pour toi de mille flammes. Ton sourire tendre ou moqueur, Tes yeux, mon Styx ou monLignon, Ton sein opulent ou mignon Sont les seuls vainqueurs de mon cœur. Et je mords à ta chevelure Longue ou frisée, en haut, en bas, Noire ou rouge et sur l’encolure Et là ou là — et quels repas ! Et je bois à tes lèvres fines Ou grosses, — à la Lèvre, toute ! Et quelles ivresses en route, Diaboliques et divines ! Car toute la femme est en toi Et ce moi que tu multiplies T’aime en toute Elle ettu rallies En toi seule tout l’amour : Moi !

Et dernière

Car mon cœur, jamais fatigué D’être ou du moins de le paraître, Quoi qu’il en soit, s’efforce d’être Ou de paraître fol et gai. Mais, mieux que de chercher fortune Il tend, ce cœur, dur comme l’arc De l’Amour en plâtre du parc, À se détendre en l’autre et l’une Et les autres : des cibles qu’on Perçoit aux ventres des nuages Noirs etrosâtres et volages Comme tels désirs en flocon.

Logique

Quand même tu dirais Que tu me trahirais Si c’était ton caprice, Qu’est-ce que me ferait Ce terrible secret Si c’était mon caprice ? De quand même t’aimer, — Dusses-tu le blâmer, Ou plaindre mon caprice, D’être si bien à toi Qu’il ne m’est dieu ni roi Ni rien que ton caprice ? Quand tu me trahirais Eh bien donc, j’en mourrais, Adorantton caprice ; Alors qui me ferait Un malheur qui serait Conforme à mon caprice ?

Assonances galantes

I Tu me dois ta photographie À la condition que je Serai bien sage — et tu t’y fies ! Apprends, ma chère, que je veux Être, en échange de ce don Précieux, un libertin que L’on pardonne après sa fredaine Dernière en faveur d’un second Crime et peut-être d’un troisième. Cette image que tu medois Et que je ne mérite pas, Moyennant ta condition Je l’aurais quand même tu me La refuserais puisque je L’ai là, dans mon cœur, nom de Dieu ! II Là ! je l’ai, ta photographie, Quand t’étais cette galopine Avec, jà, tes yeux de défi, Tes petits yeux en trous de vrille, Avec alors de fiers tétins Promus en fiers seins aujourd’hui Sous la longue robe si bien Qu’on portait vers soixante-seize Etsous la traîne et tout son train, On devine bien ton manège D’alors jà, cuisse alors mignonne, Ce jourd’huy belle et toujours fraîche ; Hanches ardentes et luronnes, Croupe et bas-ventre jamais las, À présent le puissant appât, Les appas, mûrs mais durs qu’appètent Ma fressure quand tu es là ! Et quand tu n’es pas là, ma tête !

III Et puisque ta photographie M’est émouvante et suggestive À ce...
tracking img