Verlaine, chanson d'automne

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2071 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 11 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Explication linéaire

Chanson d’automne

Les sanglots longs
Des violons
De l‘automne
Blessent mon cœur
D’une langueur
Monotone

Tout suffocant
Et blême, quand
Sonne l’heure,
Je me souviens
Des jours anciens
Et je pleure ;

Et je m’en vais
Au vent mauvais
Qui m’emporte
Deçà, delà,Pareil à la
Feuille morte.

Le titre du poème saturnien renvoie à la section dont il est extrait Paysages tristes qui évoque les modulations plus personnelles sur le paysage intérieur, ou encore sur le paysage « état d’âme » tout en suggérant la création poétique par le substantif « chanson ». De prime abord, « Chanson d’automne » peut étonner par son rythme et sa brièveté,après le long poème qui précède « Nuit du Walpurgis classique » qui chante lui aussi un paysage mental, au sens baudelairien du terme.
« Chanson d’automne » est composé de dix huit vers répartis en trois sizains avec une certaine innovation dans le mètre choisi par Verlaine puisqu’il fait alterner deux vers de quatre syllabes suivis d’un vers de trois syllabes. Le poète marque ainsi sa préférenceau vers impair en créant une sorte de refrain par le biais du trisyllabe, rappelant ainsi le motif de la chanson et en mettant les éléments les plus significatifs en avant. Ce phénomène est redoublé par un traitement tout particulier des rimes féminines et masculines. Verlaine refuse une alternance de ces rimes et va plus loin en attribuant au vers dit refrain (le trisyllabe) uniquement des rimesféminines, ce qui a pour objet, une fois encore, d’accorder une importance particulière à ce vers.
Les thématiques comme celles de la mélancolie et de la fuite du temps associées à une saison connotant la tristesse et la mort semblent être renouvelées à travers « Chanson d’automne ».
Ces axes de réflexion ouverts, il s’agira d’étudier dans un premier temps la musicalité présente dans lapremière strophe qui confère au poème son genre de chanson et annonce dès lors la douleur du poète. Douleur explicitée dans la seconde strophe en relation avec la thématique de la fuite du temps où seuls les souvenirs peuvent apparaître comme un remède, pour finalement conclure sur l’impuissance du poète devant sa destinée aussi fragile que celle des feuilles automnales.

« De la musique avant toutechose » réclame Verlaine dans son Art poétique. Citation qui semble traduire de la meilleure manière l’ambition poétique de Verlaine. Ce désir est retrouvé dans « Chanson d’automne », non seulement par son titre qui est significatif, mais également par la musicalité, par les sonorités, et par le vocabulaire choisi propre à la musique, qui parcourent sans cesse le poème, et notamment la premièrestrophe. Elle est construite sur des sonorités sourdes, adoucies par de nombreuses liquides (« l », « m », « n ») sans articulations véritablement fortes. Verlaine opte également pour l’utilisation de vers courts qui confère ainsi toutes les caractéristiques d’une chanson au poème. En effet ce vers court souligne une certaine légèreté redoublée par des strophes rythmées, ce qui a pour fin d’accentuercette dimension. En recourant à ce type de vers, le poète fait resurgir un rythme que l’inconscient reconnaît comme chanson, telles les cantines chantées par les enfants au rythme léger (Au clair de la lune/ Mon ami Pierrot/ Prête moi ta plume…). Phénomène qui accentue la musicalité et confère par là même au poème son genre de chanson.
Dès le premier vers un écho au titre se fait entendre,constituant ainsi la première note mélancolique de cette chanson. La présence de l’allitération en «s » (« sanglots ») déjà présente dans le titre (« chanson ») révèle comme une glose du titre par le poète, phénomène confirmé par la reprise du substantif « automne » au vers 3. La métaphore que constitue le premier vers assimile par analogie le son du sanglot à celui que produit un violon. Cette...
tracking img