Verley

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2393 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 31 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Patrick Verley dans son ouvrage intitulé " la Révolution industrielle " remet en cause dans la première partie intitulée " la Révolution industrielle : histoire d’un problème " la notion même de révolution, mettant l’accent sur la continuité des phénomènes . Il réexamine chacun des éléments constitutifs de la " Révolution industrielle "
La demande serait à l’origine du phénomène en raison desdébouchés nouveaux
 Selon lui, tout commence par l’expansion des marchés de consommation du textile rendus possibles par le développement des transports dans la 2e moitié du 18e siècle : ports maritimes, canaux fluviaux en Angleterre, routes royales en France. L’importance des ports favorise le développement d’une économie internationale. En outre, la consommation est stimulée par la densificationdes points de vente : des nouveaux modèles de consommation se diffusent. Il s’agit d’abord de la mode des cotonnades, moins chères que les tissus de laine, qui incitent à renouveler plus fréquemment les garde-robes . Un marché considérable se développe, qui va être à l’origine de l’industrie moderne du coton. Très tôt (1686 en France), les fabricants de laine et de lin tentent d’interdirel’importation d’indiennes, mais cette interdiction n’est pas respectée. L’impression des cotonnades se développe en Suisse, à Amsterdam, où se sont réfugiés les Protestants. L’interdiction légale est levée en 1759, ce qui favorise le développement d’entreprises considérables, comme Oberkampf, à Jouy en Josas. Les indienneurs renouvellent rapidement motifs et couleurs (mode du rayé à la veille de laRévolution), ce qui entraîne une plus forte consommation.
 
Le développement de la consommation touche aussi la vaisselle (la faïence ou la porcelaine sont préférés au fer ou à l’étain, plus chers mais incassables) qui convient mieux pour le thé et le café qui deviennent très populaires en G-Bretagne et en France. Le développement du travail rémunéré des femmes (dons d’une disponibilité en numéraire) peutexpliquer l’intérêt pour l’aménagement intérieur : nappes, rideaux, mais aussi horlogerie, argenterie. En G-Bretagne , on peut même parler de consommation de masse, car les classes moyennes sont numériquement importantes dès la 2e moitié du 17e siècle : l’importance de la marine et des transports maritimes a contribué à développer des emplois secondaires et tertiaires, qui profitent du coûtrelativement bas des produits alimentaires, ce qui laisse une marge pour l’achat de produits manufacturés au delà de la simple subsistance.
 
En outre dès la première moitié du 18e siècle, les produits manufacturés représentent 75 à 80% des exportations britanniques , tissus de laine d’abord, puis tissus de coton, auxquels il faut ajouter la quincaillerie, la boutonnerie. Les exportationsbritanniques se destinent au marché européen, mais aussi aux Etats-Unis, qui s’enrichissent de la vente du sucre et du tabac, et à l’Afrique où tissus et quincaillerie sont échangés contre des esclaves. A la fin du 18e siècle, le marché américain est fortement prédominant et constitue un débouché essentiel pour l’industrie britannique que n’ont pas les autres Européens. Les guerres européennes de 1792 à 1815sont l’aboutissement de la rivalité commerciale anglo-française du 17e et du 18e siècle. Le blocus continental poussera les maisons de commerce anglaises à ouvrir des réseaux en Amérique latine et en Asie, qui seront utiles ultérieurement.
En 1820, l’Europe est cloisonnée par des barrières protectionnistes. Le commerce britannique se développe vers les USA, vers le sud de l’Europe, vers l’Inde.La France doit se positionner sur d’autres marchés et choisit le demi-luxe (soieries, tissus de laine, vins) à destination des USA, de la minorité aisée d’Amérique latine, de la Grande-Bretagne.
 
L’offre se modifie, mais très progressivement
 La demande serait donc la première explication de l’industrialisation ; mais les facteurs de l’offre ont été aussi créateurs ; en augmentant la...
tracking img