Vers une civilisation du loisir ?

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4401 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :

Joffre Dumazedier est un sociologue français du 20em siècle (1915-2002).
Il est le premier sociologue à réellement s’intéresser aux loisirs comme question importante.
Pour lui le loisir est « un ensemble d’occupations auxquelles l’individus peut s’adonner de plein gré soit pour se détendre, soit pour se divertir, soit pour développer par son information ou sa formationdésintéressée, sa participation sociale volontaire ou sa libre capacité créatrice après s’être dégagé de ses obligations professionnelles, familiales et sociale ». (Définition qu’il donne dans les années60)
Il développe l’idée selon laquelle le loisir doit répondre a 3 finalités : les 3D : délasser, divertir, et le développement.
Ainsi, en s’appuyant sur les premières enquêtes de l'équipe qu'il dirigeau C.N.R.S, sur les résultats des principales recherches de nombreux auteurs en Europe et aux États-Unis, il analyse l'ambiguïté du loisir et fait ressortir chacune de ses trois fonctions. Et c’est à partir de cela qu’il publiera vers une civilisation du loisir ? en 1962, cet ouvrage donc le résultat d’une étude empirique sur les activés des individus hors du travail, hors du sommeil. Danscette enquête, il tend à démontrer que notre société qui était basé sur une civilisation du travail est en train de passer à une civilisation du loisir.
Les chapitres que nous allons étudier sont les chapitre 4 : relations du travail et du loisirs et chapitre 5 : famille et loisir de vers une civilisation du loisir ?
Dans ces chapitres, Dumazedier expose ses recherches sur les relations entretravail et loisirs, et sur les relations entre famille et loisir.
Dans une première partie, nous verrons donc quelles sont les relations que l’on peut établir entre le travail et le loisir, puis dans une deuxième partie nous verrons comment le loisir influence les familles.

I) Relation entre travail et loisirs.
Il faut savoir qu’à l’époque ou Dumazedier écrit son libre 1962, les relations entretravail et loisirs ne cessent d’évoluer.

a) Influence du travail sur le loisir.

Pour beaucoup, les relations entre travail et loisirs se réduise, à des phénomènes compensateurs du travail moderne. Cependant nous allons voir que cela est réducteur.
Dans un premier temps, Dumazedier s’appuie sur les théories de Georges Friedmann, qui propose de mettre en avant le rôle capital du loisir dansl’humanisation de la civilisation technicienne. Il veut ainsi montrer que les effets de la division et de la mécanisation du travail sont néfastes pour l’individu car ils laissent chez lui un sentiment d’inachèvement.

Ce qui crée chez l’individu une besoin de compensation, c'est-à-dire une tache lui permettant d’achever ce qu’il en entreprend. D’où l’importance d’avoir des activités auxquelleson aime se consacrer en dehors de sa profession : des loisirs.
Mais, tous les individus n’ont pas conscience de faire un travail difficile, appauvrissant. C’est le cas pour ceux qui travail dans une entreprise de moins de 10 ouvriers pour c'est-à-dire pour 34% des salarié. Pour ces individus, la division du travail n’est pas synonyme de monotonie, elle est tellement importante qu’elle permet deles qualifier, de faire ressortir leur habilité a exécuter les taches. Et c’est à cause de cela que ces individus ne ressentent pas le besoin de compensation. Les activités spontanées hors du travail ne sont donc pas suffisante pour compenser ce travail parcellaire, il faudrait pour cela un initiation à un style de vie, sinon les loisirs qui tentent de compenser ce travail appauvrissant, le seratout autant. (Car pas de sentiment d’inachevé, ils n’ont pas conscience du travail appauvrissant qu’ils effectuent)
De plus, l’entreprise bien qu’elle ait une grande dimension technique, est aussi une organisation sociale. En effet, la encore Friedmann montre que l’entreprise ne se limité pas a sa dimension technique mais qu’elle est belle et bien aussi une organisation sociale, par la...
tracking img