Victor hugo et les femmes en politique

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2213 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Sonia Kaloun
Histoire politique : idées, cultures, tempéraments
Séance 4 – le 24/02/2010
Commentaire de documents :
Victor Hugo et les femmes en politique
Intro
Les deux extraits que nous étudions sont des lettres publiques écrites par Victor Hugo. La première, datée du 8 juin 1872, est une lettre adressée à Léon Richer, rédacteur en chef de l’Avenir des Femmes, à l’occasiond’un banquet organisé pour l’émancipation civile des femmes. La deuxième lettre date du 31 mars 1875, elle répond à celle des dames de la Société pour l’amélioration du sort des femmes. Ces dernières demandent à Victor Hugo de se joindre à leur cause en les faisant ainsi bénéficier de sa notoriété et de son influence. Ces deux lettres ont été rédigées sous la IIIe République alors que Victor Hugorevient d’un exil de 20 ans sur les îles de Jersey et de Guernesey où il a été forcé de fuir le régime de Napoléon III.
De la mauvaise condition des femmes
Les femmes sont les souffre-douleurs des hommes
Victor Hugo opère d’abord un constat : la femme est considérée comme une esclave au sein de la société. Elle accumule les devoirs, les peines et les souffrances tandis qu’elle nejouit d’aucun droit ni d’aucune liberté. Dans ces deux extraits, Victor Hugo rappelle que les femmes sont prisonnières de leur sort et ni la loi ni les mœurs ne leur permettent de sortir de leur condition. Hugo souligne l’injustice d’une telle situation avec le lyrisme du poète et la conviction de l’homme politique, il dit ainsi dans le doc 1., ligne 5 : « La loi a des euphémismes : ce que j’appelleune esclave, la loi l’appelle une mineure ; cette mineure selon la loin, cette esclave selon la réalité, c’est la femme. », ou encore dans le doc. 2, ligne 2 : « Dans notre société telle qu’elle est faite, les femmes subissent et souffrent ; elles ont raison de réclamer un sort meilleur ». Hugo semble indigné du sort réservé aux femmes dans la société, lui qui peint une image sacrée de la femme.En effet, il juge intolérable de traiter la femme comme une esclave alors que les hommes lui doivent tellement. A la lecture des lettres étudiées, Hugo semble vouer un véritable culte aux femmes, d’où la gravité des offenses dont elles sont victimes selon lui. Par exemple, dans la lettre adressée à Léon Richer (doc 1), c’est dans un passage plein d’emphase et de lyrisme que Victor Hugo décrit lafemme telle qu’il la voit, laissant ainsi parler le poète qui se met alors au service du politique, on peut donc lire l. 49 : « il y a un être, un être sacré, qui nous a formés de sa chair, vivifiés de son sang, nourris de son lait, remplis de son cœur, illuminés de son âme, et cet être souffre, et cet être saigne, pleure, languit, tremble. Ah ! dévouons-nous, servons-le, défendons-le,secourons-le, protégeons-le ! Baisons les pieds de notre mère ! ». Nous voyons ici que Victor Hugo sacralise la femme au point de la vénérer. La femme doit être aimée et respectée puisqu’elle symbolise le passé, le présent mais surtout l’avenir de l’homme. Hugo associe la femme à l’enfant et donc à l’avenir. Sans elle l’homme n’est rien. Et c’est pour cela que l’homme doit s’inquiéter du sort réservé auxfemmes.
La société en danger La question de la femme est cruciale pour Victor Hugo, c’est une question centrale dans la société. Il met en garde les hommes qui ne se rendent pas compte de la puissance de la femme. Il oppose la puissance de la mère au sein de la famille à la vulnérabilité de la femme dans la société, on peut lire par exemple dans le doc. 2 ligne 5 « elle est dans la maisonla maîtresse du bien et du mal ». Hugo a le raisonnement suivant : si la femme est la maîtresse de maison, si elle gère son foyer d’une main de fer, si elle est responsable de l’éducation des enfants, en résumé si elle est si puissante dans la sphère privée, comment peut-elle être aussi faible dans la sphère publique ? C’est un paradoxe que Victor Hugo ne s’explique pas et c’est là la base de...
tracking img