Victor hugo-le mendiant

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1484 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
V. Hugo « Le Mendiant »

Introduction




• •

Victor Hugo a été le chef de file du romantisme au XIXème siècle. Il a composé une œuvre gigantesque qui témoigne de nombreux engagements personnels. Poète militant, il s’est préoccupé tout au long de sa vie du sort des misérables et à lutter contre toutes formes d’injustices sociales. C’est à ce titre qu’il s’intéresse aux laissés pourcompte comme ce « Mendiant » dont il est question dans ce poème. De nombreuses légendes évoquent la métamorphose de mendiants en dieux quand les hommes leur ont été charitables, et lorsque V. Hugo s’écrie « le sublime est en bas », il rejoint toute une tradition antique et biblique qui voit dans la misère un signe divin. L’on pense alors au « Mendiant » qui traverse les Contemplations comme unefigure tragique et lumineuse à la fois. Quelle est la place d’un tel homme dans la réalité quotidienne ? Le mendiant qui s’humilie ne provoque-t-il que mépris ? Que cache pour le poète son apparence pitoyable et dérisoire ?

Lecture
Le mendiant Un pauvre homme passait dans le givre et le vent. Je cognai sur ma vitre; il s'arrêta devant Ma porte, que j'ouvris d'une façon civile. Les ânes revenaientdu marché de la ville, Portant les paysans accroupis sur leurs bâts. C'était le vieux qui vit dans une niche au bas De la montée, et rêve, attendant, solitaire, Un rayon du ciel triste, un liard de la terre, Tendant les mains pour l'homme et les joignant pour Dieu. Je lui criai : - Venez vous réchauffer un peu. Comment vous nommez-vous? - Il me dit : - Je me nomme

Le pauvre. Je lui pris lamain. - Entrez, brave homme. Et je lui fis donner une jatte de lait. Le vieillard grelottait de froid; il me parlait, Et je lui répondais, pensif et sans l'entendre. - Vos habits sont mouillés, dis-je, il faut les étendre Devant la cheminée. Il s'approcha du feu. Son manteau, tout mangé des vers, et jadis bleu Étalé largement sur la chaude fournaise, Piqué de mille trous par la lueur de braise,Couvrait l'âtre, et semblait un ciel noir étoilé. Et, pendant qu'il séchait ce haillon désolé D'où ruisselaient la pluie et l'eau des fondrières, Je songeais que cet homme était plein de prières, Et je regardais, sourd à ce que nous disions, Sa bure où Je voyais des constellations.

Décembre 1854.
HUGO, LES CONTEMPLATIONS V, 9

Etude I/ Le cadre 1/ Un univers banal


Le poète nous faitpénétrer d’emblée dans un univers banal et quotidien où les sentiments sont simples et les gestes sans grande poésie.

• •



Ce tableau repose sur un contraste entre le monde extérieur glacé et la chaleur de la chambre du poète. Un double mouvement va rompre sa solitude par l’ouverture symbolique de la porte qui nous fait vivre un instant les activités familières des paysans, puis sa fermeture surl’hôte désormais centre du tableau. La banalité, le caractère prosaïque des mots, la précision des détails réalistes tels « accroupis », « bâts », la brièveté des phrases, ne laissent présager en rien un événement extraordinaire.

2/ Les gestes








Des vers 1 à 4 les gestes même sont en harmonie avec le cadre. Epousant d’abord le rythme continu du vent et des paysans grâce àl’imparfait de durée « passait ». La marche du pauvre va se figer devant un endroit privilégié que suggère le rejet « ma porte » et sortir le poète de son immobilisme, le temps de l’imparfait faisant place au passé simple qui correspond à la brusque multiplication de gestes fugitifs. Des vers 10 à 13, le langage est simple et cordial et la familiarité de l’adjectif « brave » sont en union étroite avecl’épaisseur réelle de la jatte de lait et de la cheminée. L’émotion voilée de tristesse que ressent le poète est en harmonie avec le clair-obscur de la scène, les vêtements sombres et sales contrastent avec la lueur du feu.

II/ Ambiguïté du pauvre 1/ Son extrême dénuement
• •





Le pauvre est lui aussi un personnage en clair obscur. Il est « un pauvre homme » (v.1) : il a la...
tracking img