Victor hugo, les chatiments, commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 3 (578 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
_Victor HUGO : Commentaire de Chanson, Châtiments (1853)_
Introduction :
Enonciation : Pour Napoléon Ier : entrée en matière énigmatique v.2 (absence de précision pour montrer que toutle monde reconnaît le héros à ses actes ; cf. absence de numéro pour le qualifier v.9 : il n’existe qu’un seul Napoléon, selon Hugo) ; 9 occurrences de la 3° personne de majesté « il » ; anaphore au5° vers des strophes 2, 3, 4 et 5.
Pour Napoléon III : 2° personne du singulier « toi » v.7, 23 et 39 : tutoiement méprisant, apostrophe. Emploi de l’impératif v.7, 15 et 31.
Pour Napoléon Ier :vocabulaire mélioratif et hyperbolique : champs lexicaux de la divinité et de la conquête militaire. Il apparaît comme un être surhumain, un héros épique à la manière de César et d’Alexandre. Ilconnaît d’ailleurs une fin de titan : v.33 « lâchant le monde », v.35 « chute profonde », v.38 « s’engloutit ».
Pour Napoléon III : vocabulaire péjoratif et hyperbolique qui fait de lui un portraitinsultant :
Sa fin est également à son image (vie sale, boueuse), médiocre et abjecte (malédiction finale au futur) v.39.
Pour Napoléon Ier : 6 premiers vers de chaque strophe ; nombreux enjambements(v.2-4, v.5-6 par exemple) illustrant son dynamisme et sa majesté.
Pour Napoléon III : son évocation est fortement séparée de celle de Napoléon Ier par un tiret ; 2 derniers vers de chaque strophe; rythme haché par de nombreux signes de ponctuation (v.7-8 par exemple) illustrant sa petitesse ; refrain (dernier vers de chaque strophe) : rythme mécanique, sans génie ni originalité (2+2) : méprisdu terme « petit » (utilisé pour appeler la volaille).
Cette opposition entre la grandeur et la mesquinerie est aussi l’occasion pour Hugo de rappeler des événements historiques qu’il présente demanière subjective.
v.2 « quinze ans » : référence au « règne » de Napoléon Ier, de 1799 (coup d’état du 18 Brumaire) à 1814 (1° abdication et exil sur l’île d’Elbe).
v.13 « sur le pont...
tracking img