Victor hugo - les rayons et les ombres

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1512 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 septembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
En 1840, Victor Hugo écrit Les Rayons et les ombres. Au moment où celui-ci écrit ce poème, il règne une grande instabilité politique au sein de l’Empire. C’est pendant cette instabilité que s’exprime le mouvement romantique représentant le mal-être. De ce fait le poète va s’inspirer des maux et de la douleur de la société afin de les retranscrire dans un poème.
Ainsi Victor Hugo est témoin decette période où il va s’exiler après le coup d’état de Napoléon III. Il nous invite dans cette œuvre à s’interroger sur la fonction du poète dans la société. Nous allons donc voir comment par l’intermédiaire d’un extrait, celui-ci interprète ce rôle.
Dans un premier temps, nous étudierons la fonction du poète dans la société, et dans un second temps le choix de la poésie pour définir la conceptiondu rôle du poète.

Nous allons tout d’abord étudier la place du poète dans la société selon Victor Hugo.

Le poète est vu comme un prophète guidant le peuple comme l’illustrent les connotations bibliques du texte vers 8 et 9 : « penseur » et « chanteur ». Le poète est rattaché à deux fonctions : au chant, à la musicalité et à la réflexion philosophique. Ce texte exprime clairement l’attented’un sauveur venant du peuple avec les termes bibliques : « Dieu » v.1, « prophètes » v.16 et « utopies » v.13. De plus, le premier dizain est une métaphore filée ressemblant à une parabole du christ. Il y a aussi l’anaphore de « chacun » v.2 associé au terme « frères » v.3 qui suggère la solidarité, valeur fondamentale dans les évangiles.
La formule « Dieu le veut » dès la premier vers accentuele côté mystique du texte.
Dans ce texte, est également présente l’opposition entre le bon et le mauvais poète dans le premier dizain avec la « honte » proclamée au « chanteur » vers 8 et 9. Les dizains suivant vont définir quant à eux la fonction du bon et du mauvais poète. Le premier dizain est donc une structure d’opposition dont les trois verbes caractérisent le départ des mauvais poètes.Selon Victor Hugo, le poète éclaire le peuple, il est un mage, il a donc un rôle politique important comme le montre le champ lexical de la vision en particulier dans le 3e paragraphe ainsi que le terme « cité » v.10, polis en grec et donc politique. Le poète a des difficultés quand il s’exprime, dans ce texte Victor Hugo lui voit beaucoup d’ennemis : « les contempteurs » v.28, on « l’insulte »l.18 et « on le raille » v.25.
Le poète est aussi un lien entre Dieu et les hommes. C’est un guide visionnaire ayant pour mission de diriger le peuple comme le montre la comparaison explicite : « pareil aux prophètes » v.16. L’hyperbole : « faire flamboyer l’avenir » restitue cette idée de guide. Ce personnage extraordinaire est omniprésent : « il voit » v.21, « il pense » v.25 et « il plaint »v.28. Sa dimension mystique est renforcée par la dualité mise en valeur par l’expression « Les pieds ici, les yeux ailleurs » v.14. On peut aussi noter une relation de complicité qui s’établit entre Dieu et le poète : « Dieu parle à voix basse dans son âme » v.39. L’accent est mis sur l’avenir mais il a une double appartenance dans le présent et dans le passé, ce qui lui permet d’accéder à ce statutde guide. La métaphore « comme une torche qu’il secoue, Faire flamboyer l’avenir » évoque un poète sortant de l’ombre habituelle et l’illuminant de son savoir. De plus, les hyperboles du mal permettent de glorifier ce poète comme le montre les expressions : « haine » v.6, « scandales » v.6, « peuple agité » v.7 et « Dans sa main, où tout peut tenir » v.17 ; cette dernière expression renforçant sapuissance qui n’a alors plus de limite et qui attise la jalousie devenant un martyr au sein du peuple tel le Christ. Ce poète est incompris et marginal car il est élu et unique. Il est le seul homme capable de prédire l’avenir comme en atteste les expressions : « peuples végètent » v.21 et « avenir » v.20 et est donc contraint de devenir solitaire : « il » v.13 contre « ses frères » l.3 et « le...
tracking img