Victor hugo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 4 (995 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
COMMENTAIRE COMPOSÉ

Objet d’étude : CORPUS

• V. HUGO (1802-1885), Préface des Orientales (janvier 1829)
• C. BAUDELAIRE (1821-1867), « Une charogne », Les Fleurs du Mal (1857)
• V. HUGO(1802-1885), Les Contemplations (1856)
• P. CLAUDEL (1868-1955), « Le Porc », Connaissance de l’Est (1896)

Question n°1 : Montrez de quelle façon les poèmes du corpus illustrent le texte 1

Tousles textes du corpus illustrent le texte n°1 qui est la préface des « Orientales ». Le texte n°2 de Charles Baudelaire illustre bien le texte de Victor Hugo car il aborde un thème particulier, ildécrit un cadavre. Il décrit une scène horrible sans horrifier le lecteur. Il illustre d’autant plus la préface car c’est un thème triste et Baudelaire réussit à en faire de l’art, il « relève l’art »comme le dit Victor Hugo. Enfin, ce poète qui décrit un cadavre est aussi étrange, comme son poème, mais comme le dit Hugo, « l’art n’a que faire de lisières » et aucun sujet n’est bon ou mauvais. Etcomme personne ne peut répondre à cette question, le poète n’a donc pas de compte à rendre.
La poésie de Paul Claudel, « Le porc », reflète bien aussi le texte de Victor Hugo. C’est une descriptionétonnante car le poète parle d’un porc qui est tout de même un animal repoussant. Il décrit quelque chose de laid de façon esthétique. Mais encore une fois, il n’y a pas de bons ou mauvais sujets. Et si lepoète veut parler de ce sujet, il est libre car comme le dit Hugo dans sa préface « que le poète donc aille où il veut, en faisant ce qui lui plaît ».
Enfin, le poème de Victor Hugo qui est « Lesluttes et les rêves » illustre également la préface car le thème est surprenant. Certes, parler d’orties et d’araignées n’est pas très commode. De plus, ces deux objets, créatures, sont qualifiés commeétant répugnants et personne n’ose s’en approcher. Mais le poète peut réussir à rendre beau tout ce qui, a priori, est laid. Donc, le poète peut discuter et parler de n’importe quel sujet car « la...
tracking img