Victor hugo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1152 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Victor-Marie Hugo, né le 26 février 1802 à Besançon et mort le 22 mai 1885 à Paris, est un écrivain, dramaturge, poète, homme politique, académicien et intellectuel engagé français considéré comme le plus important des écrivains romantiques de langue française.
Son œuvre est très diverse : romans, poésie lyrique, drames en vers et en prose, discours politiques à la Chambre des Pairs,correspondance abondante.
En 1817, il participe à un concours donné par l'Académie des jeux floraux. Le jury est à deux doigts de lui adresser le prix mais le titre de son poème ("Trois lustres à peine") suggère trop son jeune âge et l'Académie en est effrayée. Le prix est donc attribué à quelqu'un d'autre.
Avec ses frères Abel et Eugène, il fonde en 1819 une revue, « le Conservateur littéraire », quiattire déjà l'attention sur son talent. La même année, il remporte le concours de l'Académie des Jeux floraux (voir Clémence Isaure). Deux fois lauréat (1819 et 1820), également primé par l’académie, Victor Hugo délaisse les mathématiques, pour lesquelles il a un goût marqué (il suit les cours des classes préparatoires), et embrasse la carrière littéraire. Son premier recueil de poèmes, Odes, paraîten 1821 : il a alors dix-neuf ans et ses études au lycée Louis-le-Grand lui permettent de faire connaître rapidement cet ouvrage. Il participe aux réunions du Cénacle de Charles Nodier à la Bibliothèque de l'Arsenal, berceau du Romantisme, qui auront une grande influence sur son développement. Dès cette époque, Hugo est tout à la fois poète, romancier,

C’est avec Cromwell, publié en 1827, qu’ilfera éclat. Dans la préface de ce drame, Victor Hugo s’oppose aux conventions classiques, en particulier à l’unité de temps et à l’unité de lieu.

Dès lors, la production d’Hugo ne connaît plus de limites : romans (Notre-Dame de Paris, 1831) ; poésie (Les Chants du crépuscule, 1835) ; théâtre (Ruy Blas, 1838).
Il épouse, le 12 octobre 1822, Adèle Foucher qui lui donne cinq enfants :• Léopold (16 juillet 1823–10 octobre 1823)
• Léopoldine (28 août 1824–4 septembre 1843)
• Charles (4 novembre 1826–13 mars 1871)
• François–Victor (28 octobre 1828–26 décembre 1873)
• Adèle Hugo (24 août 1830–21 avril 1915), la seule qui survivra à son illustre pèremais dont l'état mental, très tôt défaillant, lui vaudra de longues années en maison de santé.

De 1826 à 1837, il séjourne fréquemment au Château des Roches à Bièvres, propriété de Bertin l'Aîné, directeur du Journal des débats. Au cours de ces séjours, il y rencontre Berlioz, Chateaubriand, Liszt, Giacomo Meyerbeer et rédige des recueils de poésie dont le célèbre ouvrage des Feuilles d'automne.Il aura, jusqu’à un âge avancé, de nombreuses maîtresses. La plus célèbre sera Juliette Drouet, actrice rencontrée en 1833, qui lui consacrera sa vie et le sauvera de l’emprisonnement lors du coup d’état de Napoléon III. Il écrira pour elle de nombreux poèmes.

Hugo accède à l’Académie française en 1841.
Élevé par sa mère vendéenne dans l’esprit du royalisme, il se laisse peu à peu convaincrede l’intérêt de la démocratie. Son idée est que « là où la connaissance n’est que chez un homme, la monarchie s’impose.

Au début de la Révolution de 1848, il est élu député de la deuxième République en 1848 et siège parmi les conservateurs. Il soutient la candidature de Louis-Napoléon Bonaparte élu Président de la République en décembre, avec qui il rompt en 1849 et il se bat progressivementcontre ses anciens amis politiques dont il réprouve la politique réactionnaire. Hugo s’exile après le coup d'État du 2 décembre 1851 qu’il condamne vigoureusement pour des raisons morales (Histoire d'un crime).

Sous le Second Empire, opposé à Napoléon III, il vit en exil à Bruxelles, puis à Jersey et enfin à Guernesey. Il fait partie des quelques proscrits qui refusent l’amnistie[4] décidée...
tracking img