Ville entre utopie et reqlite

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 31 (7607 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
FONDAMENTS THEORIQUES DE L’ARCHITECTURE
Sommaire
1. Introduction
2. Grand Londres
* La nouvel structure de Londres.
* Les satellites de Grande Londres.
* Problèmes de modèle.
3. Développement de villes en Europe du Nord
- Projet de Helsinki
- Projet de Stockholm
- « Ville en pierre »
- Les villes-satellites suédoises
-Problèmes de modèle d’urbanisme de Stockholm
4. Nouvelles villes utopies
- Projet de Chandigarh
- Le modèle de Chandigarh pour un certain moment de futur
- Réalité d’Inde et le modèle de Chandigarh
- projet de Brasilia
-Le projet de Luis Costa et de O. Niemeyer
-Problèmes de ville symbolique5. «utopie 71 »
- Le modèle de « 71 »
- Problèmes non prévu
6. Conclusion générale

1. Introduction
Au milieu du XX siècle, quand le modernisme dominait, la réalisation de plusieurs grands projets d’urbanisme a commencé. Ces projets étaient créés sous l'influence de pensées utopiques.
En Angleterre les urbanistes travaillaient à la reconstruction de Londres et auterritoire qui l’entoure. Au nord de l’Europe, Stockholm, Helsinki et Copenhague étaient reconstruits.  En Inde la construction de la nouvelle capitale «Chandigarh »  a commencé et au Brésil ; « Brasilia » naît. Le XX siècle était l’époque où les projets commençaient à se réaliser.
A partir de l'Atlantide de Platon, la cité idéale était une partie de l’utopie sociale. Les socialistes/utopistesréalisaient les premières expérimentations de l’organisation de la vie qui étaient liées au nouveau type d’agglomération. Dans ces agglomérations on peut découvrir une incompatibilité entre l’idéal créé spéculativement et la réalité. Du temps de la construction des villes selon le modèle de Howard, les idées d’utopies se perdaient dans des circonstances imprévues : les populations devaient vivre enharmonie avec la nature, en « villes-dortoirs ». Les Architectes d’avant-garde des années 1920-1930 n’ont pas eu la possibilité de réaliser leurs idées de changement de la structure de la ville.
Après la deuxième guerre mondiale, la situation était stabilisée. Elle donnait la possibilité pour les expérimentations pratiques au développement de structures des villes et des capitales. Leséchelles des territoires, qui étaient détruits, étaient considérables avec les travaux de reconstruction. Les difficultés de développement des villes ont provoqué un empressement dans la réalisation des expérimentations urbanistiques.
Le sujet d’ expérimentation était la ville comme un objet idéal, qui devait recevoir la forme accomplie. Pour Londres et les capitales scandinaves la forme choisiecorrespondait à l’idée de cité-jardin de Ebenezer Howard : Un objet dont la croissance progressive n'atteint pas la forme accomplie (la formation des nouveaux objets satellites complémentaires conditionne cette croissance). Le variante de la forme, que Le Corbusier et les architectes  brésiliens ont choisi, était un organisme intérieurement équilibré et compact. Ce dernier ne doit pas changer sastructure. Les auteurs du plan de Moscou n’ont pas accepté ce principe préférant penser la grande échelle.
Les urbanistes commençaient à créer un nouveau plan de Londres à cause d’une situation urbaine compliquée en Angleterre . En effet la région est peu vaste et le développement de la capitale est très important. De plus Londres doit faire face aux destructions causées par l’aviationallemande. Enfin on observe un développement industriel dans les années de guerre et l'augmentation des flux de circulation. De ce fait résoudre les problèmes de Londres aux limites de ses frontières a été impossible. Au début du 20 ème siècle il a été suggéré de basculer la partie de la population et les entreprises industrielles des zones les plus encombrées du noyau interne vers de nouvelles...
tracking img