Vincent auriol , journal du septennat , 1947-1954 , paris , colin , 1970 .

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1075 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 5 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
VINCENT AURIOL , JOURNAL DU SEPTENNAT  , 1947-1954 , PARIS , COLIN , 1970 .

Introduction :
Un « président soliveau » , Vincent Auriol ne souhaite pas être un président de ce type d’action , à travers cette déclaration , il démontre sa volonté d’exercer pleinement sa fonction d’arbitre . Le 27 octobre , la IVème république devient le régime politique de la France et ce jusqu’enoctobre 1958 . Ministre socialiste des Finances (1936-1937) dans le cabinet de Léon Blum (Front populaire), garde des Sceaux (1937-1938), ministre chargé de la Coordination des services ministériels à la Présidence du Conseil (1938), président de l'Assemblée nationale (1946-1947), Vincent Auriol , né le (27 août 1884), à Revel (Haute-Garonne) et mort (le 1er janvier 1966) à Paris est élu sousl’étiquette de la SFIO à la majorité absolue des suffrages ( 51.19% ) par le Parlement lors de l'élection présidentielle de 1947 et devient le premier président de la IVème république . Fonction qu'il occupe jusqu'au 16 janvier 1954, fin de son septennat à l'issue duquel il ne se représente pas. D’autre part Auriol avait refusé les pleins pouvoirs à Pétain en 1940 . Il s’agit dans ce document d’un extraitdu Journal du septennat . «  Mon septennat » reprend les sept volumes du « Journal d’un septennat ». Cette œuvre a été tenue par Vincent Auriol dès le début de son mandat et permet d’analyser et de comprendre la IVème République . Soumis à de nombreuses contraintes , Auriol ne put rédiger avant sa mort que deux versions successives de l’année 1947 .
Dans ce texte , il évoque la criseque la France traverse tant sur le plan économique que politique qui selon lui menace la stabilité du régime .
Nous pouvons donc nous demander quelle est la vision que porte le premier président de la IVème République sur la France de cette période ?
Afin de répondre à cette problématique , nous verrons dans une première partie les caractéristiques de la période de crise qu’est entrain de vivre la France puis dans une seconde partie l’opposition entre les différentes forces politiques .

I) Les caractéristiques de la période de crise .

A) Les difficultés d’après-guerre.

* La France est le pays de l’ensemble des belligérants qui a subit le plus de pertes : pertes humaines avec l’amputation des forces vives ( 10.5% de la population active tuée ) pertesmatérielles et dommages financiers ( amputation de certaines créances , dette colossale ) . ligne 12 : « Je me demande si nous parviendrons à vaincre ces difficultés » , ligne 11 et 12 : « la France n'est pas encore sortie de l'abîme de ruines où elle se débat »
* Ces difficultés ont des répercussions économiques : les communications demeuraient très aléatoires, le manque d'argent était criant. Onassiste, en effet, à des difficultés économiques et monétaires importantes , ligne 7 : «  une situation financière alarmante. Les gens apeurés retirent leur fonds ») et la production était réduite. De plus , on est dans une période d’inflation qui est favorisée par la pénurie alimentaire.

B) Des conflits sociaux et coloniaux préoccupants .

* Tous ces évènements ont pour cause d’êtreà l’origine des conflits sociaux, lignes 5 et 6: « tout cela est exploité dans les usines et provoque à chaque instant des conflits sociaux » .
* L’éviction des ministres communistes en mai 1937 semble expliquer le développement des mouvements de grèves de l’année 1947 , lignes 8 et 9 : « les communistes attisent le feu partout ».
* Les conflits coloniaux se sont ajoutés aux conflitssociaux , la IVème république est marquée par ces conflits . Auriol dût affronter outre le soulèvement de la société française, les problèmes d'Outre-mer avec la guerre déjà engagée en Indochine, l'insurrection de Madagascar, les problèmes internationaux dominés par les raidissement des rapports américano-soviétique . lignes 10 et 11 : « à côté de cela, les difficultés à Madagascar, dans les...
tracking img