Violence personnelle.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 14 (3299 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
I. Violence personnelle

1. Dans les personnages féminins

Nous allons s’attarder dans un premier temps sur la présentation générale des personnages

a. Thérèse

Thérèse est un personnage de violence instinctif malgré son apparence calme et tranquille. Celle-ci éprouve une sauvagerie presque étonnante.

Contrairement à son cousin, elle « a une santé defer », Zola a plusieurs fois recourt à certaines images surtout l’image de l’animal pour évoquer sa nature profonde. Il parle également d’une « souplesse féline » « de muscles courts et puissants ». Il compare ses gestes et ses réactions à une bête « il lui prit une envie sauvage de courir, de crier, les fougues de sa nature » « avec une sauvagerie de bête », toute une énergie [le] déploiement deforce ».

Tout un champ lexical de force dessine un tempérament fougue, impulsif et emporté. Cependant pour faire plaisir à sa tante, Thérèse va acculer cette nature sauvage et adopter une apparente tranquillité. Cette éducation de petite fille sage « parler à voix basse », « marcher sans faire de bruit », « rester immobile sur une chaise », va développer en elle une double personnalité. Elletrompe son entourage par un terrible effort de volonté. Zola nous souligne à la fin du chapitre « un visage effrayant de calme ».

Ce calme est également manifesté dans le film non par les adjectifs mais à travers le personnage de Thérèse représenté par Simone Signoret. Son calme nous le retrouvons tout au long du film. D’ailleurs, dés la première scène cette dernière parle très peu face auxlongues répliques de sa belle mère. Thérèse répond presque par un mot « instant, voilà, alors dors bien, sa force acculée est exprimée de même à travers ses gestes, en faite ses pas s’avèrent bien lents, son apparence par ses traits est ses regards durs. Thérèse est un être sans sourire, sans réaction, sans sentiments, voir sans vie nous parait une morte vivante. Son comportement dans le film estune concrétisation du passage où elle parlait à Laurent dans le roman on lui disant : «  tu ne saurais croire, reprenant – elle, combien ils m’ont rendue mauvaise. Ils ont fait de moi une hypocrite et un menteuse … ils m’ont étouffé dans leur douceur bourgeoise et je ne m’explique pas comment il y a encore du sang dans mes veines, […] j’ai eu comme eux un visage morne et imbécile, j’ai mené leurvie morte »

b. Madame Raquin

Mme Raquin est une femme austère et possessive, c’est une mère qui retient son enfant si possible dans son corps. Mme Raquin n’a pas de prénom dans le film ni dans le roman. D’ailleurs, elle n’a pas besoin de ce prénom, non seulement parce qu’elle est le chef de la famille mais aussi parce que personne n’est en statut de l’utiliser, seul sonmarie qui aurait pu le faire mais il est mort. Les indications chronologiques dans le roman est son apparence dans le film nous apprend qu’elle a à peu près cinquante ans.

A cause de la santé fragile de son fils, Mme Raquin n’a pour but que sauver Camille de la mort « elle l’adorait pour l’avoir disputé à la mort pendant une longue jeunesse », « Mme Raquin soutient une lutte de quinzeannées contre ses maux terribles qui venaient à la file pour lui arracher son fils, elle les vainquit tous par sa patience, par ses soins, par son adoration ».

Cependant, cette adoration semble très exagérée, Mme Raquin a tellement peur pour son fils qu’elle refuse même son éducation. Elle a prétexté la fatigue que lui causerait les études pour le garder prés d’elle. La mère de Camille nedomine pas uniquement son fils mais elle impose au couple une vie routinière et casanière, elle décide leur mariage disant qu’ « elle comptait sur Thérèse, elle se disait que la jeune fille serait une garde vigilante auprès de Camille » bref « elle voulait donner [Thérèse] à son fils comme un ange gardien »

Carné a resté bien fidèle au caractère de ce personnage. Par ailleurs, dés le...
tracking img