Virus b

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1285 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Erwan François
Politique Financière

Fiche de lecture Le Virus B 

Chapitre 1 : Accident

La crise des subprimes éclate en août 2007 alors que les experts du FMI estimaient que la croissance serait vigoureuse en 2007 ainsi qu’en 2008. Alan Greenspan, président de la banque centrale américaine, rejetait toutes rumeurs d’explosion de cette bulle immobilière.
Christian Walter et Michel dePracontal rappellent que pourtant plusieurs intellectuels de la finance prévoyaient une telle crise. Le FMI, prévenu à plusieurs reprises, n’a jamais pris cette menace au sérieux ; le Wall Street Journal et la National Review au même titre que le FMI se moquent bien de ces prévisions pessimistes. Ainsi l’auteur introduit la notion de modèles mathématique faussant les prévisions financières.Chapitre 2 : La titrisation du rêve américain

En 2005, le taux de chômage atteint 25% de la population active, le nombre de sans abris explose. Le rêve américain tombe à l’eau : tout le monde peut accéder à la propriété, telle était la devise. Cependant, les produits financiers vendus par les banques américaines permettant d’acheter de la pierre sont basés sur la titrisation des risques et del’espoir de revendre les biens saisis, des produits complexes à taux variables. Les gens se font expulser les uns après les autres par leur banque. En effet en 2006, le prix de l’immobilier baisse et les titres perdent leur valeur. The economist prévoit la plus grosse bulle jamais conçue prête à exploser alors qu’Alan Greenspan relativise en parlant des bulles ponctuelles, propres à un secteur et sansconséquence pour le reste de l’économie.

Chapitre 3 : Le virus brownien

Dans ce chapitre, les auteurs décrivent le mouvement brownien qui fausserait les prévisions financières contemporaines. En effet les phénomènes financiers reposeraient sur le mouvement brownien qui pourrait anticiper les variations des cours des actions par exemple : c’est malheureusement trop beau pour être vrai… RobertBrown, botaniste britannique, étudie en 1827 le pollen au microscope et se persuade que son mouvement est indépendant de l’objet étudié mais est uniquement relatif à la particule qui le compose. Cependant il ne saurait expliquer pourquoi la particule se déplace dans ce sens plutôt qu’un autre. C’est l’Américain Norbert Wiener qui définira la fonction mathématique de ces mouvements aléatoire à l’aidede probabilités.

Chapitre 4 : L’espérance nulle du spéculateur 

Appliqué aux marchés financiers, ce modèle ne prend pas en compte les comportements irrationnels des acteurs. Les premières critiques apparaissent au milieu du XVIIIème, les auteurs introduisent le concept du virus brownien dit virus B. Jules Regnault, agent de change, publie en 1863 Calcul des changes et philosophie de labourse on l’on entrevoit les prémices du virus B. Jules Regnault est d’avis que la bourse est juste et équitable mais que certains perturbateurs empêchent les calculs prévisionnels. Si l’on investit de manière dite « sage » alors les calculs sont utiles mais malheureusement le marché financier se compose aussi de comportements irrationnels qui perturbent les outils de prévision. Louis Bachelierreprendra ces travaux au début du XXème, cependant il se heurte à un schéma de penser déjà bien établi et conservateur qui l’empêche de mettre en valeur cette théorie.

Chapitre 5 : Grandeur et misère de l’école américaine

Les travaux de Bachelier ne sont pas perdus pour tout le monde, en effet Paul Samuelson prix Nobel d’économie et professeur du MIT va réhabiliter la thèse de Louis Bachelier avecses collègues et en sortir un modèle d’estimation du prix des options qui serait à l’origine du krach boursier de 1987. Robert Wiener rajoutera un outil à ce modèle qui s’avérera extrêmement utile en finance : une intégrale dite « stochastique » qui permettrait de calculer le gain d’un spéculateur en s’aidant du mouvement brownien. Cependant l’outil sera toujours incomplet et le Japonais...
tracking img