Visages de femmes

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (440 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Visages de femmes – style

Une des premières choses qui frappe quant à la langue qui habite l’ouvrage Visages de femmes est sa sensualité. C’est en effet une langue incarnée, qui exhale , maisd’une sensualité virginale, amoureuse, c’est-à-dire qui respecte et magnifie.
Remarquable également est sa luxuriance, non pas une abondance de colifichets, mais sans artifice ni corset, au rythme soupleet naturel — pas de ponctuation, — à la vitalité expansive. Vivante mais non pas farouche, foisonnante mais non pas hirsute, elle véhicule une harmonie, une musique d’ordre, de calme et de volupté.
Lerythme est abandonné, apprêt d’une écriture nue, de cette nudité qui n’est pas une concession, mais une communion ardente.
Une formule, attachée à Joséphine Baker m’a fortement marqué : « sonimmobilité profonde et l’immobilité générale de tout son corps. » Cette formule paraît fort bien rendre compte de l’écriture elle-même, car derrière sa fluidité, son écoulement prolifère, elle recèle uneintensité forte, quelque chose de puissant qui condense et crée de l’unité.
Enfin, bien que l’écriture soit engagée, elle a ceci de rare qu’elle ne présente aucune animosité. Elle rend hommage maisne décrie point, ni même ne déplore ; son engagement n’est pas prétexte à l’élégie ni au pamphlet. Le rapport avec ces femmes est brut, sans la dérive ni l’assujettissement si propre à l’intention.L’auteur ne cherche qu’à rendre comte de ces femmes, dans la nudité respectueuse de leur identité, ce qui est la manière la plus sûre de les respecter.

Ce respect humble dans l’hommage nous a paru êtrele projet fondant l’unité de l’œuvre et des différents portraits de ces femmes, au-delà des différences évidentes de circonstances: Joséphine Baker (popularité mise au service de causes ethniques,pol, soc avec martin luther king cf.sanghor etc…).
Notre propre condition de femmes a rendu plus sensible en nous l’écho, l’impression que produit un tel ouvrage, qui magnifie la femme, mais non...
tracking img